La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le fouineur de langue

mars 1997 | Le Matricule des Anges n°19

Le Littrorama ou le triomphe de la roue libre (Livre Premier)

Selon Pierre Bettencourt, Le Littrorama, au titre passablement énigmatique correspond à son dernier feu d’artifice littéraire, « à une manière de lancer (ses) derniers rayons ». Le mot « rayon » est ici à entendre dans sa double acception puisque l’auteur a collecté, à la fois dans les pages du Littré et dans celles des innombrables livres qui composent sa bibliothèque, citations insolites ou fragments textuels, sans se priver à l’occasion d’ajouter aux unes comme aux autres certains développements de sa composition.
Pour pleinement goûter ce vagabondage facétieux et érudit, il convient d’avoir à l’esprit que Pierre Bettencourt jure sur ce qu’il possède de plus cher que tous les extraits reproduits sont strictement authentiques. La précision ne manque pas d’intérêt dans le cas de cet abasourdissant passage du Journal d’Anne de Noailles : « André Gide, écrivain paludicole de la première moitié du XXe siècle, vint me demander de collaborer à sa petite revue (la NRF) : il me trouva pâmée de rire avec mes femmes de chambre. »… et donne tout leur sel à tels propos de Bossuet : « Les blondes réputées pour avoir un sexe exogyne sont très prisées des hommes libidineux qui cherchent un exutoire à leurs débordements. » ou encore du même : « Tout ce que l’on pense de Dieu n’est qu’un songe. » Au sujet de cette dernière phrase, Pierre Bettencourt estime en un impeccable raccourci que « l’opinion que Dieu est incompréhensible n’a en soi aucun intérêt, mais prend une autre saveur sous la plume de Bossuet. » L’on ne saurait mieux dire et il est tentant de lui retourner le compliment car les charmes de certains mots nous restaient obstinément cachés jusqu’à la parution de ce Livre Premier du Littrorama : « D’un geste gracieux, elle enleva sa robe, et me parut enfin dans toute sa beauté, vêtue de ses seuls phanères. »

Le Littrorama ou le triomphe de la roue libre
Livre Premier
Deyrolle
192 pages 125 FF

Le fouineur de langue
Le Matricule des Anges n°19 , mars 1997.
LMDA PDF n°19
4,00 €