La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les amnésiques n’ont rien vu d’inoubliable

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Thierry Guichard

Les Amnésiques n’ont rien vu d’inoubliable

Chaque jour, à 13h30 sur France Culture de joyeux drilles jouent les papous en s’essayant à des jeux oulipiens. Hervé Le Tellier n’y est pas le dernier de la classe. L’auteur de l’excitant roman Le Voleur de nostalgie (Seghers, 1992) a dû apprécier le jeu qui consiste à prononcer une phrase commençant invariablement par « Je pense que », comme s’il fallait, invariablement, définir le monde en répondant à la seule question : « Dis, à quoi tu penses ? » Dans ce livre, Hervé Le Tellier y répond mille fois. Une manière de « je pense donc je suis », une autobiographie dessinée au trait fin de l’humour, de la légèreté et, parfois, de la sincérité. Cela donne des images tendres : « Je pense que je ne saurais pas distinguer une jeune fourmi d’une vieille. » Des drôleries : « Je pense que j’hésite souvent à parler de moi, de crainte que mon interlocuteur ne se croie autorisé à parler de lui. » Mais aussi quelques fadeurs qui feront dire à certains : « je pense que mille, c’est beaucoup. »

Les Amnésiques n’ont rien vu d’inoubliable
Hervé Le Tellier
Le Castor Astral, 132 pages, 85 FF

Les amnésiques n’ont rien vu d’inoubliable Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4,00 €