La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Une halte au paradis

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Thierry Guichard

Le paradis dont il question dans ce roman n’en serait pas un pour tout le monde : il s’agit d’un appartement où le rouge domine. C’est là que le narrateur s’est calfeutré. Il a obturé fenêtres et porte pour que ni la lumière du jour ni l’obscurité de la nuit ne passe. Il a enfermé sa montre dans un tiroir pour arrêter le temps. Dans ce huis clos hermétique, l’homme porte d’étranges cravates « club » aux tons criards, passe beaucoup de temps dans les toilettes, convoque les ombres fantomatiques de sa famille, la mère surtout. Le narrateur donne aux objets qui l’entourent une fonction qu’ils n’avaient pas comme de faire le taxi pour le fauteuil : « Tout à l’heure j’ai dû prendre un taxi. Je me trouvais dans le salon et je voulais rejoindre ma chambre. » S’il semble pour le moins cinglé, notre héros explore sa folie consciemment : il veut vivre hors du monde, créer son univers mentalement et faire le vide. Ce paradis ressemble à une descente aux enfers. La confession d’abord amusante vire à l’obsessionnel. Si je est un autre et si les autres c’est l’enfer, cela explique que le paradis de Bruno Dostert soit si singulier.

Une halte au paradis
Bruno Dostert
Atelier du Gué, 126 pages, 80 FF
11 300 Villelongue d’Aude

Une halte au paradis Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4,00 €