La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Carvalho, poète itinérant

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Marc Blanchet

Adresse de la multiplication des noms

Max de Carvalho, poète itinérant
Adresse de la multiplication des noms, le premier recueil du poète de langue française Max de Carvalho commence avec un prélude qui fixe les intentions de l’auteur tout en préservant l’émerveillement de l’enfance : « Fantôme du pied de groseillier au fond du jardin,/ fantôme de la boucle de cerises encore dans l’arbre du printemps,/ sous le soleil,/ spectre sylvestre de chien,/ et toi, fantôme de la mèche de cheveux pour l’écrin refermé,/ substances tues,/ objets laissés sur la coiffeuse de la chambre la plus fraîche,/ en été,/ je vous invoque. »
Cette invocation dévoile un univers chargé des parfums et des odeurs des maisons, des fruits et des choses, un univers proche de celui du Proust où les descriptions et la magie des mots tentent de restituer le monde sensible. Le quotidien invoqué en devient alors mythologique.Les poèmes de Max de Carvalho sont longs, très longs. Leur force est d’hypnotiser le lecteur, de l’envoûter en dévoilant toute une parade d’images. Ils ressemblent à ces processions que l’on voit seulement dans les villages, quand des familles de tous bords se rassemblent pour l’enterrement d’un des leurs. Le poète agit alors en narrateur, se situant à distance, mais avec un amour indéfectible, de ces humains dans une représentation immémoriale : « (…) j’aperçois les rangées de cireurs de chaussures,/ j’entends des conversations dont je ne saisis pas le sens/ mais qui sont animées, et j’ignore si ce cri de perroquet/ monte droit du kiosque à journaux/ ou de tout autre part, répercutant l’ombre noire/ d’un mainate qui chantait/ à des milliers de milles de là dans l’enfance. » Les poèmes de Max de Carvalho font, dans un flot d’images, la navette entre le quotidien des villes, traversé avec une certaine mélancolie, et l’enfance, racine des toutes les émotions. Leur beauté naît de ce foisonnement.
Adresse de la multiplication des nomsMax de Carvalho
Obsidiane68 pages, 80 FF

Carvalho, poète itinérant Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4.00 €