La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Obsidiane

A propos

Rendez-vous dans vingt ans François Boddaert souffle cette année les quarante bougies des éditions Obsidiane dont il est l’un des fondateurs. Et lance une nouvelle collection pour passer le cap des 50… En 1998, François Boddaert et ses amis poètes fêtaient vingt années d’édition en mêlant au savoir bien vivre d’Obsidiane un optimisme mesuré : la structure Hélicon était créée pour permettre une meilleure diffusion des ouvrages proposés par de petits éditeurs. Aujourd’hui, les bougies sur le gâteau ont doublé, Hélicon a disparu et l’éditeur ne part plus à la conquête des marchés. Préférant la marge aux salons, François Boddaert a su faire la différence entre utopie et illusion, et cultive dans son coin de Bourgogne un catalogue de poésie qui se marie toujours très bien aux mets les plus...
juin 2018
Le Matricule des Anges n°194

Obsidiane, la poésie incarnée

Poète et éditeur depuis vingt-cinq ans, François Boddaert défend la « nécessaire nécessité » de la poésie et l’illustre en y mêlant un bel art de vivre. Ce qui fait de lui un observateur de qualité. C’est dans la profonde campagne icaunaise, non loin de Villeneuve-sur-Yonne et sa gare fantôme, que François Boddaert a élu domicile. Créée il y a maintenant un quart de siècle, Obsidiane trouve une image adéquate dans la maison où l’éditeur nous accueille. L’homme y a laissé son empreinte, ayant monté dans la cuisine une cheminée où crépite un bois sec ; aménagé dehors une annexe pour...
mars 2004
Le Matricule des Anges n°51

Obsidiane, poésie présente

Vingt ans après la création de sa maison d’édition, l’écrivain et poète François Boddaert soutient une poésie loin des courants et des dogmes, centrée autour du vers.Portrait d’un anti-pessimiste. Le poète avait déjà sa caricature. La crise du livre aidant, l’éditeur de poésie a trouvé la sienne. Accablé, brisé et plaintif, c’est dans cette posture tragique qu’on le rencontre parfois. françois Boddaert s’en voudrait de ressembler à sa caricature. Il ne se plaint pas -ou en tous cas, pas en public- et on aurait presque envie de l’en remercier. François Boddaert a plutôt l’air d’un...
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Adresse de la multiplication des noms
de Max de Carvalho
Lmda N°20 Max de Carvalho, poète itinérant Adresse de la multiplication des noms, le premier recueil du poète de langue française Max de Carvalho commence avec un prélude qui fixe les intentions de l’auteur tout en préservant l’émerveillement de l’enfance : « Fantôme du pied de groseillier au fond du jardin,/ fantôme de la boucle de cerises encore dans l’arbre du printemps,/ sous le soleil,/ spectre...
Carvalho, poète itinérant
juillet 1997
Aimer Venise
de Petr Král
Lmda N°27 Le poète pragois Petr Král propose ses instantanés de la cité des Doges. Sous sa plume attentive, Venise s’offre comme un voyage intérieur. Arpenteur du monde et poète, Petr Král est aussi une sorte de peintre de l’instantané. Non qu’il trimballe avec lui pinceaux et chevalet, mais parce qu’il n’a pas son pareil pour, en une phrase, dresser devant nous une scène de la vie quotidienne à la profondeur de champ insoupçonnée. Illustré par le peintre et sculpteur Karel, Aimer Venise vous fera économiser le prix du billet d’avion ou de...
A l’école du regard
août 1999
L' Aphonie de Hegel
de Mathieu Bénézet
Lmda N°31 Depuis plus de trente ans il écrit des livres comme on creuse des souterrains, perçant et recueillant les échos de voix hantées par l’enfance, la mort et l’écriture. Jusqu’à L’Aphonie de Hegel, « mon dernier poème ». Inconsolable…. Difficile en une seule phrase de décrire l’écriture de Mathieu Bénézet, de dire le foisonnement densifié des formes qu’elle prend. Écoutons les précisions qu’il donne pour chacun de ses livres : ménippée, mélodrame, mélange, roman, poésie, miscellanées, prose, rime, récit, essai de voir, de lire, poème. Depuis la parution de son premier livre important, L’Histoire de la peinture en trois...
Mathieu Bénézet met un point final à sa poésie
juillet 2000
Aucun signe particulier
de Bernard Vargaftig
2007
Lmda N°83 Paru en 2000, Un même silence rassemblait pour la première fois (Bernard Vargaftig n’ayant alors jamais écrit que des livres en vers) douze ans de proses, et sept lieux d’enfances : Toul, Villiers-sur-Loir, la rue Montmailler, Limoges, Buzançais, Le Rieu, Nancy. On y traversait les places de chacun, la peur au ventre. L’enfant, en 1945, devait cacher son nom, en dire un autre, et dans cette...
Je me souviens
mai 2007
Broussaille de prose et de vers (où se trouve pris le mot paysage)
de James Sacré
2006
Lmda N°75 Il y a une permanence dans l’écriture de James Sacré. Après Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime (Cadex éditions, 55 p., 11 ), qui en mars dernier reprenait entre autres, son premier recueil, La Femme et le violoncelle, deux nouveaux titres paraissent où se perçoit cette même façon d’interroger un mot, la poésie, le monde. Le poète, dans ces deux livres, écrit souvent...
Mal dire pour bien voir
juillet 2006
Comme respirer
de Bernard Vargaftig
2003
Lmda N°45 Bernard Vargaftig a toujours tenu au travail spécifique du vers, allant même jusqu’à parler d’une rythmique comptée, d’un équilibre presque mathématique des coupes, rejets, balancements et syncopes. Mais ce n’est pas seulement le pied du vers qui lui importe, mais l’écoute continue de ce qui, en lui, se dit de la complexité du monde et des perceptions que nous en avons. Depuis plus de...
Accélérer, toujours
juillet 2003
De L’Humilité du monde chez les bousiers
de Pascal Commère
Lmda N°18 Dix-huit histoires brèves de Pascal Commère et deux recueils de poèmes pour dire l’inquiétante beauté du monde rural. Et son austérité. Pascal Commère aime la campagne, et il en parle. D’autant plus facilement qu’il y vit, quelque part en Bourgogne. Pour se convaincre de son attachement à la nature dans ses textes, il n’est que d’observer les titres des trois nouveaux volumes qui paraissent cette année, où il est question de troupeaux, de bousiers et de plantes. Que ce soit dans les poèmes réalistes de Lointaine Approche des...
Parties de campagne
décembre 1996
Enigmatiques
de Marie-Claire Bancquart
Lmda N°13 A l’exemple du texte inaugural d’Enigmatiques, les poèmes de Marie-Claire Bancquart renvoient souvent à la confusion cosmogonique, à ces temps lointains où les êtres et les choses, à peine dégagés du limon originel, flottaient encore dans une indétermination propice à des correspondances désormais oubliées entre les différents règnes de la nature, entre microcosme et macrocosme, entre terre...
L’énigme du corps
septembre 1995
La Faim des ombres
de Jean-Baptiste Para
2006
Lmda N°75 Longtemps silencieux, Jean-Baptiste Para déploie ses chemins de ronde dans l’Histoire. Un poète sort du bois. On ne fait pas plus discret. Animateur de la revue Europe, anthologiste, traducteur et critique, Jean-Baptiste Para avait laissé croire qu’il n’était pas poète (cf. Lmda N°31). Discrétion ou humilité, il taisait les vers publiés (Arcanes de l’ermite et du monde, Temps actuels, 1985 ; Atlantes, Arcane 17, 1991 ;), lesquels ne s’annoncent toujours pas en périphérie de son recueil La Faim des...
Les orties gagnent
juillet 2006
Fêles
de Ella Faye
2007
Lmda N°91 Originaire du Sénégal (de Saint-Louis où elle est née en 74), Ella Faye tourne, par ce premier livre, délibérément le dos à une forme de poésie dite « noire » ou plus poliment appelée francophone. Cette jeune femme s’inscrit donc à défaut, sinon dans l’après-histoire, du concept de négritude, tel que Aimé Cesaire le forgea dès 1935 comme le creuset fécond et vivant de l’identité noire et de...
En bref
mars 2008
Les Funestes roses de ma tête
2018
Lmda N°197 À cheval sur le temps, Funestes roses de ma tête parie sur la résurrection d’une œuvre audacieuse, à l’ironie aussi douce que cinglante. Il y a, dans les siècles, des destins d’hommes invisibles. On ne les a pas vus passer l’épreuve, écrire des livres, chercher la voie, le courage, toute la poutre du temps noir étant versé sur leur nuque… comme une croix. Jean-Michel Frank fut de ceux-là (il meurt à 66 ans en 1988), des discrets, dont les réseaux répertorient la vie d’une seule ligne y ajoutant quelques références livresques....
Vivant sur le noir étoilé
octobre 2018
Le Hasard
de Gérard Cartier
2004
Lmda N°55 Avec « Le Hasard », son neuvième livre, le très discret Gérard Cartier signe un recueil où se réactualise à nouveau son ambition d’écrire une poésie épique, mêlant les heurts de l’Histoire, du nazisme à l’Algérie. Histoires d’une langue trouée par la marche du monde. C’est tout près de Marly-le-Roi, dans la banlieue ouest de Paris, que Gérard Cartier nous reçoit, un samedi matin. Le train aura traversé, au ralenti, une forêt qu’on croyait disparue, comme si nous passions sur une autre rive, dans une autre dimension du temps. Les poèmes de Gérard Cartier s’écrivent aussi dans ces légers décalages de temps en convoquant aussi bien un chantier à ciel ouvert...
Des liasses de mémoire
juillet 2004
Hourra les morts !
de Franck Venaille
2004
Lmda N°50 Avec Hourrah les morts ! Franck Venaille dresse une carte du Tendre mélancolique d’un Paris à la fois réel et fantasmé. Une publication complétée de deux rééditions essentielles. Hourra les morts !… le nouveau recueil de poèmes de Franck Venaille est d’abord une exclamation, qui dans le même élan unit vie et mort. Pas de paradoxe mais, somme toute, l’expérience humaine par excellence. Mieux encore : l’expérience d’écriture singulière d’un poète qui en l’espace de trois recueils (celui-ci et les deux précédents : La Descente de l’Escaut et Tragique, chez le même...
Viva Venaille
février 2004
Les Loups vont où ?
de Jean-Pascal Dubost
Lmda N°39 Depuis dix ans, Jean-Pascal Dubost explore les moments ténus de la vie. C’est corbeau (Cheyne, 1998) racontait ingénument l’arrivée d’un bébé corbeau dans la vie d’un jeune couple. Ardoise (Wigwam, 2000) faisait entendre la vie d’un bistrot. Aujourd’hui Les Loups vont où ? regroupe sept séries de poèmes resserrés autour d’un motif : maisons singulières, transports (de la brouette aux...
Mises au jour
juin 2002
Le Mâche-laurier N°7-8
Lmda N°20 L a revue Le Mâche-laurier en est à sa troisième année d’existence. Trimestrielle, elle jalonne le paysage de la poésie dans ses états les plus divers et réserve une grande partie aux productions de langue française. Dans son nouveau numéro, double, on trouvera, grâce à François Lallier, une présentation en version française moderne d’un anonyme du IX siècle, La Cantilène de Sainte-Eulalie,...
Mâche-laurier (Le)
juillet 1997
Manière de sombre
de Gérard Titus-Carmel
2004
Lmda N°58 Avec la parution de « Manière de sombre », Gérard Titus-Carmel poursuit une œuvre poétique qui compose un paysage émouvant aux côtés de sa peinture. Rencontre avec un auteur double. Celui qui ne veut voir dans Gérard Titus-Carmel qu’un peintre n’apercevra au sol de son atelier que des dessins en cours, des pinceaux et des tubes à profusion, et, aux murs, quelques toiles, achevées ou pas, autant works in progress dont la présentation dans ce lieu tient toujours d’un ordre certain, voire d’une certaine austérité. Mais un regard curieux remarquera sur les tables, à...
Visages de Titus-Carmel
novembre 2004
Nourrir querelle
de Cédric Demangeot
Lmda N°34 26 ans, Cédric Demangeot est déjà une des plus singulières voix de la poésie française. Finaliste en 1998 du prix de la Vocation, il en fut le lauréat l’an dernier. D’où cette publication chez Obsidiane d’un poète qui avait publié ses deux premiers recueils chez Fata Morgana (excusez du peu). Les proses courtes, lumineuses dans l’évidence de leur mystère qui composent la majorité des cinq...
Nourrir querelle
avril 2001
Nuit et jour, vivant suivant (vent, une étude 3)
de Jean-Baptiste de Seynes
2006
Lmda N°79 La poésie de Jean-Baptiste de Seynes se reconnaît à l’oreille. Sa tonalité rauque, sa violence pulsive, son ironie et ce qu’elle déplace dans la syntaxe, en font l’une des plus vivantes parmi celle qui s’écrit aujourd’hui. 1. Il y a l’arbre, 2 : Âge poreux, Vif, Leçon d’adieu, 3 : Nuit et jour, vivant suivant : ces cinq livres, écrits sur vingt ans, se concentrent autour d’une étude sur le vent. Comme si le poème n’était, déjà, face à l’homme, qu’une sorte de baudruche, du vent, du rien, quelque chose qui ne tient pas une minute face à la dure réalité rugueuse… Certes, et la question est « tour à tour...
Épingler le vent
janvier 2007
Opérateur le néant
de Jean-Pascal Dubost
2005
Lmda N°61 Serrés dans leur camisole, les poèmes de Jean-Pascal Dubost se nourrissent de toutes les époques de la langue. Ils érigent une mangue organique gonflée de sang. On n’entre pas ici comme dans un moulin ». Cette phrase, qui constitue la totalité du texte intitulé « poème » dans Monstres morts, sonne comme une mise en garde. Effectivement, on n’entre pas si facilement dans ces proses resserrées, poèmes ennoyautés en blocs rectangles de textes, vers défaits et reficelés dans une apparente continuité. Les monstres sont ce qu’ils sont : des corps...
Chair poème
mars 2005
Partition noire et bleue : (Lémistè 2)
de Monchoachi
2016
Lmda N°175 Monchoachi nous fait éprouver les mystères d’une Afrique qu’il rend à l’éclat nu de l’origine. Deuxième volet du cycle poétique ouvert avec Lémistè (Liber America) – qui conjuguait l’oralité créole aux croyances magiques antillaises et à l’univers culturel et langagier du monde amérindien –, Partition noire et bleue (Lémistè 2) explore l’ailleurs africain des Antilles, le fonds mytho-rituel du continent noir. Organisé en huit parties allant de L’eau à L’eau en passant par Le Lointain,...
Noir éternel
juillet 2016
Le Poids et le frisson
de Petr Král
Lmda N°27 Le poète pragois Petr Král propose ses instantanés de la cité des Doges. Sous sa plume attentive, Venise s’offre comme un voyage intérieur. Arpenteur du monde et poète, Petr Král est aussi une sorte de peintre de l’instantané. Non qu’il trimballe avec lui pinceaux et chevalet, mais parce qu’il n’a pas son pareil pour, en une phrase, dresser devant nous une scène de la vie quotidienne à la profondeur de champ insoupçonnée. Illustré par le peintre et sculpteur Karel, Aimer Venise vous fera économiser le prix du billet d’avion ou de...
A l’école du regard
août 1999
Pris dans les choses
de Gérard Noiret
2003
Lmda N°44 Poète discret, Gérard Noiret rassemble en un volume quinze années d’écriture. Une avancée entre foule et solitudes qui se décline en tableaux subtils et pudiques. Au moins Gérard Noiret sait-il observer la vie poétique (il chronique régulièrement dans La Quinzaine littéraire) et s’impliquer dedans de manière toute personnelle quand il s’agit d’écrire : son recueil aux éditions Obsidiane Pris dans les choses apporte une pierre de taille dans une œuvre parfois méconnue, déjà riche de six titres (parus chez Maurice Nadeau et Actes sud). Résidant à...
Leçons des choses
mai 2003
Propos d’ivrogne (suivi de) Serrements d’amour
de Jacques Busse
2003
Lmda N°49 Jacques Busse fait partie des auteurs parcimonieux dont un seul livre dit le talent avec assez de force pour qu’il ne leur soit pas nécessaire d’en ajouter. On pense à Marcel Lévy (Ma vie et moi), à Jacques Besse (ne pas confondre ! La Grande Pâque)… Propos d’ivrogne est de ceux-là : goûteux, brillant, unique. Une première édition en avait vu le jour en 1998 lorsque les éditions Obsidiane,...
Bibere et persevere
janvier 2004
Propos et billevisées d’un entrepreneur en poésie (suivi de) Pour affoler le monstre
de François Boddaert , Christian Doumet
1997
Lmda N°20 Christian Doumet et François Boddaert interrogent les conditions d’une poésie actuelle : un livre à deux voies qui entend montrer ce qu’elle remet en question et ce qui la met, économiquement, en question… Quelques semaines avant le redressement judiciaire de Maxi-Livres, et celui du distributeur Distique et du diffuseur Ulysse (ce qui concerne au premier plan les éditions Obsidiane),...
La peau de la poésie
juillet 1997
Quoi ? Quelque chose et autres poèmes
de Petr Král
1995
Lmda N°14 Pour décrire le monde actuel dans son chaos, Petr Kral use d’un verbe poétique à la fois simple et brutal, comme s’il fallait se résoudre à ce que la langue ne puisse plus voiler la misère. Dans cette écriture épurée, les métaphores n’en sont que plus saisissantes : hier « le vent se levait repoussait les vivants vers la/tombe », aujourd’hui il pleut des « couteaux liquides » et le soleil...
Quoi ? Quelque chose et autres poèmes
novembre 1995
Tragique
de Franck Venaille
Lmda N°37 C’est d’abord une contemplation. Face à un lac étale, voir surgir des eaux des morts qui s’avancent. Dans une sorte d’« éther », contempler ce lieu où vie et mort vont de pair. Sans angoisse. Ou plutôt avec une angoisse sereine. La mort est un territoire connu : « Là/ dans cette terre d’avril/ quelqu’un plantait des morts// cela formait une zone de connaissance// où la confiance/ malgré...
La descente d’Orphée
décembre 2001
Tristran
de Gérard Cartier
2010
Lmda N°115 Revisitant la légende tristanienne, Gérard Cartier montre combien elle est encore vivante dans les méandres de son cœur comme dans l’irréductibilité de certaines âmes. Manifestement né des surprenantes conjonctures du hasard - « L’étrange essai du Tristran qui avait surgi tout à coup au milieu du Hasard » (Obsidiane, 2004), lit-on, p. 137 du Petit séminaire (Flammarion, 2007) - le dixième livre de Gérard Cartier relève d’une longue maturation. Ce qui ne devait être qu’un conte amoureux ébauché par la mélancolie - « Je m’accordai d’instinct à la légende, de...
Amer et délectable
juillet 2010
Vessies, lanternes, autres bêtes cornues
de Pascal Commère
Lmda N°31 Pour les citadins, il y a peut-être dans la poésie de Pascal Commère comme de l’exotisme. Attaché à sa terre bourguignonne, ce comptable des entreprises agricoles peuple ses recueils de vaches « au cul lourd ». On le sait depuis le père Hugo, la vache peut faire l’objet d’un poème. Mais les vaches qu’on croise ici n’ont rien des images d’Épinal, et rien de métaphorique. Elles sont animales...
Chronique paysanne
juillet 2000

Auteurs