La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Un roman en morceaux

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Benoît Broyart

Les Miettes de décembre

Les Miettes de décembre pourrait être un roman. On suivrait le parcours de Catherine, la fille, de sa naissance à l’âge adulte, à travers les yeux d’Émilie, la mère. Mais Ariane Dreyfus, née en 1958, dont c’est le troisième ouvrage, déchire la narration, transformant le roman potentiel en une suite de petits éclats, proches du poème. Le texte est en miette et le silence, entre chaque bribe, installe la distance nécessaire. Le poète garde juste ce qu’il faut.
On prend part au désordre, qui tient grâce aux blancs ménagés entre chaque texte. Courts dialogues, assez proches des derniers travaux de Louis Calaferte « - Tu pleures, Maman ? - Mais oui. Allez ma chérie, va courir ! », phrases-valises qui mettent la langue à mal « Bientôt il n’y aura qu’une voix pourra se cacher », Ariane Dreyfus conserve l’essentiel et la simplicité touche parfois à l’éblouissement : « Mais le coeur est une terre sans cesse labourée/ Et rien qui dure qui soit l’été longtemps. » Elle a trouvé ses voix. L’écriture comporte une multitude de registres, qui font la singularité de Les Miettes de décembre.Certains seront sans doue rebutés par la discontinuité mais, paradoxalement, c’est elle qui donne sa cohérence à l’ensemble. Émilie et Catherine se débattent, inséparables, dans une fusion où la figure du père est absente. Le livre entier est à l’image de ce « donne-moi la main que je te tienne » où mère et fille semblent s’approprier le même je, parler d’une voix unique.

Les Miettes de décembre
Ariane Dreyfus
Le Dé bleu, 96 pages, 78 FF

Un roman en morceaux Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4.00 €