La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Pas d’histoire !

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Thierry Guichard

Les éditions Climats reçoivent en moyenne trois manuscrits par jour. Chacun est enregistré et un accusé de réception est envoyé :« on prévient l’auteur qu’un délai de trois mois est nécessaire, mais je ne tiens plus la distance, je vais devoir changer cela. J’essaie de regarder ce qui arrive un peu tous les jours, mais je n’y arrive pas. Alors tous les 15 jours, trois semaines, je prends une journée où je ne fais que ça. Il y a un tri qui s’opère assez rapidement. Au bout de trente pages, je sais si ça m’intéresse ou pas. Pour les ouvrages qui ne sont pas du tout pour notre maison d’édition, deux pages suffisent. » Admettons qu’une première lecture provoque immédiatement un attachement pur le texte : « Là se pose la question d’une deuxième lecture : est-ce que je ne me suis pas trop vite emballé.
En ce moment, par exemple, j’ai un manuscrit que j’ai trouvé bon, mais je ne pense pas le prendre parce qu’il manque un petit quelque chose. Il y a des hésitations qui peuvent durer très longtemps, c’est infernal. Quand le doute ne m’effleure plus et que je décide d’y aller, je me retrouve dans deux situations possibles : soit tout est parfait, soit il y a des choses à resserrer, à revoir. dans ce cas je demande une deuxième version sans promettre de publication. » Si 95% des manuscrits sont des romans, Alain Martin élimine d’office tout ce qui revêt un caractère historique, car cela ne l’intéresse guère. Il avoue aussi penser aux relais qu’un livre peut nécessiter pour être vendu, à ce qu’un titre peut toucher comme catégorie de lecteurs. Mais il ajoute : « C’est très hypothétique. Par exemple pour le Semprun que j’ai publié, j’étais sûr d’avoir la presse. Or, rien du tout. » Reste que presse ou pas, Alain Martin poursuit son travail de découvreur : sur les cent soixante titres de son catalogue, une trentaine a transité d’abord par La Poste. Il y a de l’espoir.

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?