La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Christine Angot
« En littérature la morale n’existe pas »

novembre 1997 | Le Matricule des Anges n°21 | par Thierry Guichard

Funambule de l’écriture, Christine Angot construit une oeuvre à la limite de la fiction et de la réalité.À cette frontière, le lecteur doit se débarrasser de ses certitudes.Le voyage qu’on lui propose peut mettre ses nerfs à mal ou, au contraire, lui insuffler l’enthousiasme d’être vivant. Comme chez Les Autres.Au calme d’un vaste appartement, où la pierre appose sa marque d’authenticité, Christine Angot préfère le bruissement des terrasses de café pour répondre à nos questions.La foule, aux couleurs vives d’un été qui ne s’achève pas, offre, dans ses mouvements et ses bruits, une tension dont l’écrivain a besoin.Quelques feuilles de papier et un stylo posés devant elle serviront à canaliser les idées que ses digressions incessantes pourraient finir par égarer. De temps en temps, elle salue d’un mouvement de tête quelqu’un qui passe.L’écrivain est connue en sa ville ; d’autant plus qu’elle vient de collaborer avec la chorégraphe Mathilde Monnier qui dirige ici le centre chorégraphique.L’écriture pour la danse vient après la publication de cinq romans et de deux pièces de théâtre.
Christine Angot, votre premier roman, Vu du ciel donne la parole à l’ange gardien du personnage Christine Angot. Par ce procédé, cherchiez-vous à échapper au je de l’autobiographie ? Tous les écrivains ne font que ça, que « Madame Bovary, c’est moi ». Même ceux qui prétendent avoir tout inventé, tout imaginé. C’est vrai que dansVu du ciel et dans Not to be, je n’avais pas encore pris la liberté ou plutôt je ne savais pas que je pouvais, tout en restant de l’autre côté du mur, du côté fictionnel, que je pouvais dire « je ».Je ne savais d’ailleurs pas que je voulais faire ça. Je tiens à dire que je suis « de l’autre côté du mur ». Plutôt que de l’autre côté du miroir. Un miroir ça se casse et ce qui y apparaît, c’est un reflet. Alors qu’un mur peut être infranchissable et tu ne te reflètes pas dedans. Tout ce que tu peux faire, c’est être adossé et le personnage qui te représente peut aussi être adossé. Le mur, c’est l’écriture. C’est le seul point d’attache réel entre moi et ma narratrice. Ce mur permet de conserver la loi, empêcher la transgression.Il faut que la littérature soit différenciée de la réalité. Il faut qu’il y ait un mur, et solide.
Ce mur, entre réalité et fiction, il semble qu’il soit de plus en plus mince au fur et à mesure de l’évolution de votre oeuvre…Le mur devient de plus en plus fin, alors il faut qu’il soit de plus en plus solide, et qu’il aille de plus en plus haut. Les lecteurs doivent le voir de mieux en mieux.
Votre oeuvre évoque souvent l’inceste, le viol, la sexualité.Vous utilisez parfois un langage cru. Cherchez-vous à provoquer ?
D’une part, je m’appuie sur le passage de la réalité à la fiction. Le mal dans la réalité quand il passe dans la fiction est dégagé de ce commentaire, de ce jugement qu’il lui est porté. En littérature, la morale n’existe pas. La notion de bien, de mal n’existe pas. La littérature...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°21
4.00 €