La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Alain Star de Méterlinque

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Éric Dussert

Par les bois du Djinn

Figé dans le costume un peu étriqué de l’humoriste de service, Alphonse Allais aurait annoncé à ses proches son ambition de devenir poète lyrique. Si l’on en juge par ses poésies complètes publiées par François Caradec -à qui l’on doit déjà la biographie d’Allais et ses Œuvres anthumes et posthumes (Bouquins)-, il ne risque pas de ravir son auditoire à François Coppée. A lire sa production poétique, il semble en effet que cette référence au lyrisme ne soit pas à prendre au pied de la lettre. Ce serait plutôt la marque d’une époque qui a fourni les plus beaux spécimens de poètes fumistes au nombre desquels se distingue Georges Fourest.
A vrai dire, la métromanie d’Allais recouvre beaucoup d’ironie : « Nous faisons de la poésie/ Anesthésie, Anesthésie ». Riche mélange de désinvolture, de détournement et d’irrévérence, les « poésies complètes » d’Allais ne coïncident décidément pas avec les langueurs du « N’y touchez pas, il est brisé ». Ce poète d’humeur est à la recherche d’effets nouveaux. Pour ce faire, il déploie une inventivité qui le classe au rang des pré-oulipiens : vers holorimes (« Par les bois du Djinn/ Parle et bois du gin »), néo-alexandrins (la moyenne des vers d’un poème doit faire douze pieds), poésie scientifique, amorphe ou sous hypnose, l’essentiel est que tout poème s’achève dans la bonne humeur : « Il a raison, mon médecin,/ L’abus du lit n’est pas un travers sain. »
Au-delà du ressort comique des calembours, il est clair qu’Allais innove. Lorsqu’il pastiche ou salue ses contemporains, lorsqu’il virevolte sous le nom du tout jeune poète « Alain Star de Méterlinque », le virtuose n’omet pas de commenter justement : « Ne souriez pas, c’est très fort ». Et ça l’est en effet. Si d’aventure il existait un lecteur que la « maboulite holorimeuse » d’Alphonse Allais ennuie, il pourrait se pencher sur la réédition de deux recueils de proses allègres : Le Captain Cap, fameux catalogue de cocktails ébouriffants (La Table ronde, 295 pages, 45 FF) et Le Chambardoscope (Mercure de France, 95 pages, 20 FF) qui reste une occasion d’énoncer cette excellente maxime : Si tu es gai, ris donc.

Par les bois du Djinn
Alphonse Allais

Fayard
250 pages, 110 FF

Alain Star de Méterlinque Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.
LMDA PDF n°23
4.00 €