La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Ombres et lumières

septembre 1998 | Le Matricule des Anges n°24 | par Dominique Aussenac

En Italie, un univers provincial étouffant, proche de Simenon, dépeint avec maestria et fluidité par Sergio Ferrero. Lourde ambiance.

Le Jeu sur le pont

Raffaele, un jeune homme, se rend dans une petite ville de province afin d’inventorier la bibliothèque d’une demeure aristocratique où ne vivent que des femmes. Il est logé dans une autre maison gérée par une mère célibataire assez mystérieuse dont l’enfant solitaire pratique le dangereux jeu sur le pont qui consiste « à franchir le ravin par de légers bonds sur les traverses qui dépassaient dans le vide ». Épié, manipulé, provoqué, désemparé, Raffaele, animal de laboratoire erre d’êtres en êtres, de maisons en maisons, de rues en rues. Les ombres, ici sont aussi suffocantes que les lumières. La cruauté perverse des autochtones, surtout des femmes, semble décuplée par l’ennui. Ce dernier développe un instinct de chasseur. Un chasseur qui presqu’hors du temps et du monde, traquerait psychologiquement le plus somptueux des gibiers : l’étranger. Etranger idéal, venu de nulle part et presque voisin, à l’entre-deux des classes sociales ni prolo, ni bourgeois, encore moins aristocrate, lien culturel entre les uns et les autres. Etranger doutant de lui, trop faible dans ses révoltes, ses amours et ses haines, qui a besoin du regard d’autrui pour être, utilisant le mensonge pour paraître. Etranger trop perdu en lui-même pour rester cohérent dans ses engagements envers son énigmatique logeuse et surtout l’enfant, dont il est devenu la joie, la raison de vivre. Etranger qui pourrait être l’étincelle libératrice, modifiant l’ordre des choses, en l’occurrence l’apartheid de la communauté envers la pécheresse, mais qui par sa fuite, sa trahison devient le bras armé du fatum et précipite le drame.
L’auteur de cette longue nouvelle presqu’en boucle (péril récurrent du jeu du pont), privilégie au détriment d’un relatif inaboutissement narratif, les détails, les zones d’ombres, n’éclaircit jamais les mystères, fait tonitruer les non-dits, installe un climat de plus en plus oppressant. Le Jeu sur le pont développe des thèmes récurrents de la littérature et du cinéma italiens contemporains. Celui de l’étranger sur lequel Calvino a pu jouer une multitude de variations. Celui de l’île ou du naufragé volontaire, réclusion hors du monde pour mieux s’en protéger et retrouver un paradis perdu, monde de l’enfance qui peu à peu se délite et devient infernal impliquant l’enfermement dans un univers de chimères, de folie. Deux autres thématiques se juxtaposent. Celle de l’affrontement des classes sociales, rapport dominant/dominé et celle du vieillissement d’un monde, du crépuscule de l’aristocratie. Elles mettent en scène une caste provinciale hautaine, qui s’accroche à ses privilèges et remet à leur place les êtres « inférieurs ». Mais cette caste, pareillement aux murets effondrés, aux toits percés, a de plus en plus de mal à repousser la végétation et les effets du temps. « La rambarde est rouillée, la passerelle à demi pourrie… Et puis il y a trop de vert, tout autour, c’est étouffant : on se croirait dans un puits. » Ce condensé de noirceur, cette vision pessimiste de la nature humaine aux dialogues orageux, incisifs révèlent paradoxalement une écriture constrastée, très souvent légère et lumineuse, révélatrice d’une exceptionnelle maîtrise et d’une grande maturité.
Sergio Ferrero, né en 1926 à Turin, est un être d’autant plus discret qu’il occupe une place des plus conséquentes sur la scène littéraire italienne et collectionne les prix littéraires.

Le Jeu sur le pont
Sergio Ferrero

Traduit de l’italien
par Danièle Valin
Rivages
180 pages, 110 FF

Ombres et lumières Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°24 , septembre 1998.
LMDA PDF n°24
4,00