La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Chez ces gens-là

septembre 1998 | Le Matricule des Anges n°24 | par Thierry Guichard

Le Général, ses filles

D’abord, il y a Toni. Pour elle la quarantaine approche, l’amour s’éloigne avec ses deux divorces. Toni, peintre, vit seule à Paris. Femme volontaire (mais il ne faut pas gratter beaucoup pour découvrir ses failles), elle se trouve au moment où s’ouvre le roman dans une situation critique où, comme pour un homme qui se noie, l’histoire de sa vie revient à son esprit, sur un air nostalgique et amer. Ensuite, s’avance Madeleine, la sœur sculpteur et mariée à un écrivain américain. Madeleine, exilée un temps aux U.S.A. et dont les sculptures bancales et monstrueuses jettent à la face du spectateur une violence intérieure, une déchirure, une révolte. Les deux sœurs ont des amis communs : peintres, artistes, romanciers et Kahn, collectionneur d’art, juif épargné par la guerre parce qu’il connaissait bien Matisse, esthète et homme de pouvoir financier. Mourant et emportant avec lui tout un monde, une mémoire, la jeunesse des artistes. Et puis, -comme dans la chanson de Brel, cet « et puis » fait tout le roman- ; et puis, il y a le père. Le général Petitjean, haute figure de l’armée, serviteur zélé de l’Etat, au point qu’il travailla pour le régime de Pétain avec une dévotion qui frise l’abnégation. Homme droit, pour ne pas dire rigide, avare en manifestations sentimentales. Le général, au sortir de la guerre, devient un pestiféré et connaît la geôle. Meurtri mais inflexible, il deviendra le maire de Figeac où se trouve la maison familiale. Le général s’apprête à assister à un banquet en son honneur. Ce sera son dernier jour. Une attaque l’emporte.
Présenté ainsi, on se dit que ce roman pourrait faire un joli feuilleton sur TF1. Mais Samuel Astrachan, né en 1934 aux U.S.A., a écrit là un livre de nostalgie fragile, inquiet. Un roman qui brasse l’histoire de l’art et celle de la France des heures les plus noires à aujourd’hui sans cesser d’être le roman de l’intime. L’écrivain investit les pensées, les rêves, l’âme de ses personnages et nous fait entrer à l’intérieur d’eux sans se soucier des bouleversements chronologiques que leurs souvenirs provoquent. C’est une écriture toute en suspension, un roman lent, et l’on pense parfois à des cinéastes comme Antonioni ou Bergman. C’est un livre grave et beau, tout simplement.

Le Général, ses filles
Samuel Astrachan

Traduit de l’anglais
par Noé Gaillard
Le Bois d’Orion
251 pages, 145 FF

Chez ces gens-là Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°24 , septembre 1998.
LMDA PDF n°24
4,00