La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Sous le papier, du talent

janvier 1999 | Le Matricule des Anges n°25 | par Thierry Guichard

Revue pluridisciplinaire et polyglotte, Grèges réunit des auteurs inconnus dans une présentation qui en ferait presque un objet de bibliophilie.

Grèges N°3

La photo de Bernard Plossu, au centre de la page 30 est floue, comme le sont généralement les clichés de ce photographe. Prise de vue arrachée au quotidien qui en révèle autre chose que ce à quoi on aurait pu s’attendre. En vis-à-vis, Arno Bertina tente de mettre des mots sur ce flou-là, sur cette présence qui se dérobe et sur ce qu’elle révèle. La troisième livraison de Grèges, dont la qualité exceptionnelle explique la parution seulement bi-annuelle, est à l’image de cet entre-deux, d’un espace entre évidence et absence.
Déjà, l’Américain Lawrence Ferlinghetti qui inaugure ce numéro, se situe au mitan de deux continents, l’Europe et l’Amérique, entre Apollinaire dont il reprend et parodie Le Pont Mirabeau et ses propres vers, dans un poème dont la linéarité épouse la trace de l’avion supendu dans le ciel, d’où s’écrit ce qu’on lit. La revue, également, noue des liens très étroits entre arts plastiques et littérature en présentant les travaux de Dany Kowalski sur des lettres de soldats de 14 et sa représentation picturale de Verdun, ou sur la scénographie qu’Abdel-Amid Belahou a dessinée pour un diptyque de Koltès. Mélangeant également proses et poésie, Grèges donne une bonne place à des auteurs inconnus mais qui, à en juger par leur réel talent, ne devraient pas le rester longtemps. Les éditeurs seraient bien avisés, par exemple, d’aller lire les Scènes d’un village à haute tension, qui évoquent d’une manière à la fois fantasmatique et fantaisiste un étrange rituel villageois : un homme se propose de s’électrocuter sur une chaise prévue à cet effet, en public. Signé Quentin Lézard (pseudonyme ?) ce texte fait visiblement partie d’une suite. Le seul reproche que l’on pourrait faire aux responsables de la revue consiste à l’absence d’informations concernant chacun des auteurs. On aimerait également en savoir un peu plus sur Bénédicte Destouches dont la poésie, étrange, nourrit des rythmes sans accrocs ( « Le soir coupe des têtes et fait tomber les fruits. » ) Quant à Pascal Saliba, qui clôt l’ouvrage, sa longue phrase pénètre avec assistance dans une obscurité dont elle apporte elle-même la lumière. Vous ne pouvez pas rater Grèges : des revues présentées par votre libraire, c’est sûrement la plus belle avec sa couverture sur « papier Gunny rough 210 g » et son bois gravé d’Emmanuelle Dufossez.

Grèges N°3 - 94 pages, 95 FF - (14, rue Emile-Zola 34 000 Montpellier)

Sous le papier, du talent Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°25 , janvier 1999.