La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Les quotidiens mis au jour

janvier 1999 | Le Matricule des Anges n°25 | par Thierry Guichard

Mélangeant proses et poésie, Le Nouveau Recueil joue le rôle de laboratoire de lectures pour des textes à paraître.Qualité et éclectisme.

Le Nouveau Recueil N°49

Paul Valéry, Jean-Paul Hameury, Michèle Finck, Daniel Guillaume, Thierry Trani, Pierre, Martin-Scherrer, Philippe Denis, Benjamin Jordane, Adrienne Rich, Elizabeth Bishop, Claire Malroux, Antoine Emaz, Olivier Barbarant, Gérard Farasse, Marc Petit, Hédi Kaddour, Jean-Michel Maulpoix, Benoît Conort, Jean-Baptiste Goureau, Pierre Vilar, Jérôme Thélot, Pierre Fresnault-Deruelle
Editions Champ Vallon

Nous savons tous ce qu’est un paysage/ prés arbres collines et les ombres n’ontt pas de secret pour nous/ que cherchent-ils, les peintres ? » On pourrait renvoyer la question de Marc Petit à la plupart des auteurs qui ont comme lui contribué à ce N°49 du Nouveau Recueil. Ceux-ci, en effet, placent souvent leur lecteur devant un spectacle, un tableau littéraire, des architectures, des champs. La description reviendrait-elle au goût du jour ? Dans cette revue de haute tenue, dirigée par Jean-Michel Maulpoix se succèdent, comme à l’antichambre de la publication, textes en vers et proses courtes. Le Nouveau Recueil se divise en trois parties : la première de pure création ne semble obéir à aucune règle bien précise, la deuxième réunit des textes autour d’un thème et la dernière mêle critiques et chroniques.
Si la densité de l’encre sur la page varie beaucoup, on remarquera que les deux meilleures contributions de la première partie se situent à l’opposé l’une de l’autre. Dans un registre qui fait penser à Cioran, Philippe Denis aligne quelques aphorismes désabusés et nihilistes : « Prêter sa voix à ses propres silences ne dispense pas d’écourter ». On s’en délecte. A priori beaucoup plus bavard, Benjamin Jordane dont les textes sont exhumés régulièrement par Jean-Benoît Puech, se livre à la dissection d’un personnage fascinant, joueur parce qu’encombré de lui-même. On imagine ce texte écrit pas un enfant sprituel de Proust et Thomas Bernhard. C’est dire le plaisir. La deuxième partie, consacrée ici à L’Usage du quotidien apporte grâce à sa traductrice Claire Malroux une belle révélation : Adrienne Rich. Cette Américaine écrit à partir de petits riens domestiques une poésie qui finit par englober l’histoire, la géographie et toute la condition féminine. Sans se départir de l’humilité qui nous rend sa voix si proche. En écho, les poèmes d’Antoine Emaz écorchent la page, s’en extraient dans une violence nue et retenue. Benoît Conort, le plus résolument moderne de tous, clôt le sujet avec pas mal de hargne et de drôlerie, mélangeant dans ses vers les approximatives phrases de la publicité. On gardera pour la fin, comme un plaisir toujours repoussé, la chronique de Jean-Baptiste Goureau où les gens de théâtre et de radio trouveront de quoi se vêtir pour tous les hivers du prochain millénaire. Avec une sincère mauvaise foi, le bonhomme va chercher l’ennui dans les salles, et la colère devant son poste de radio. On ne saurait trop l’en remercier. Le Nouveau Recueil a pris depuis longtemps la place qu’une NRF rongée par des objectifs peu littéraires a abandonnée. Qu’il continue.

Le Nouveau Recueil N°49 - Champ Vallon - 190 pages, 90 FF (Abt 4 N° : 285 FF)

Les quotidiens mis au jour Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°25 , janvier 1999.