La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Premiers romans Le superflu vitriolé

janvier 1999 | Le Matricule des Anges n°25 | par Nathalie Dalain

Je pense à toi tous les jours

Je ne fais pas rien.« Hélèna Villovitch le dit elle-même, et à la lecture de Je pense à toi tous les jours, on ne peut lui donner tort. A travers les douze courts récits constituant cette œuvre légère et savoureuse, Villovitch, qui bénéficie déjà d’une certaine notoriété dans le milieu de l’art contemporain, se met en scène, aux prises de son trépidant quotidien. Entre le tournage d’un vidéo clip »têtard pop« , le vernissage ubuesque d’une exposition au »musée de l’action directe« , les séances de »poésie hurlée« , et la confection de sushis, c’est à peine si elle trouve encore le temps de »photographier (ses) pieds« . Mêlant discours pris sur le vif, réflexions intimes, expériences artistiques, et illustrations photographiques, l’auteur réussit un étonnant alliage de justesse et d’humour. Elle confie son secret amour pour sa défunte Renault 14, les improvisations lyriques que lui inspirent les initiales des RER, mais aussi certains travers de ses congénères. Son style concis arbore une naïveté et un détachement feints, qui permet aisément la mise en exergue d’un grinçant décalage. Rien ni personne n’est épargné. Ni ses anciennes conquêtes, dont les portraits insérés sont commentés : »Mon deuxième mari, celui qui gagnait des mille et des cent, me trouvait physiquement si parfaite, qu’il considérait que (…) cette seule beauté me suffisait. Aussi ne m’offrait-il ni robe, ni bijou. Ayant trouvé un job bien rémunéré, je l’ai quitté« . Ni ses relations professionnelles. Ainsi, de sa collaboration avec une agence de communication, friande »DES IDEES NOUVELLES« qu’elle avait à l’époque, elle rapporte un dialogue où le cynisme s’expose froidement : »Je lui dis que j’ai un problème. Il me dit qu’il ne peut plus me faire confiance. Je dis un gros problème. (…) Ma mère est morte. C’est terminé. (Il) dit je te souhaite bonne chance pour la suite de ta vie professionnelle". Je pense à toi tous les jours ne marquera probablement pas de façon conséquente l’his

Je pense à toi tous les jours
Hélèna Villovitch
Editions de l’Olivier
128 pages, 85 FF

Le superflu vitriolé Par Nathalie Dalain
Le Matricule des Anges n°25 , janvier 1999.
LMDA PDF n°25
4,00