La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Arts et lettres Suivez le mode d’emploi

janvier 1999 | Le Matricule des Anges n°25 | par Thierry Guichard

Les Machines de Munari

Disparu il y a quelques mois à peine, l’Italien Bruno Munari, né en 1907, aura traversé le siècle et laisser son nom aussi bien au panthéon des graphistes qu’à celui des illustrateurs de livres jeunesse. Ancien membre du deuxième mouvement futuriste, l’artiste aime travailler sur les matières pauvres et, dès 1930, il se fait l’inventeur de drôles machines. En 1948, il crée le mouvement Art Concret qui veut intégrer l’art à la vie quotidienne.
Les Machines de Munari n’appartiennent à aucun genre : construit comme un album, l’ouvrage peut titiller l’envie de découverte des plus jeunes mais la complexité loufoque des machines ravira tous les lecteurs.
Car il s’agit bien, ici, de nous montrer d’étranges mécaniques. Sur chaque page paire, une description de la machine donne l’explication du dessin schématique en vis-à-vis. En dessous, quelques notes drolatiques ne renvoient, souvent, qu’à elles-mêmes. Qu’il s’agisse de la Machine à jouer du fifre même quand on n’est pas chez soi ou du Moteur à lézard pour tortues fatiguées ce sont une quinzaine de mécaniques à détendre les zygomatiques. Loufoques, absurdes et ludiques, ces inventions mêlent le génie tarabiscoté d’un bricoleur à une liberté d’humoriste qui fait de lui un aïeul de Pierre Desproges.
Le lecteur très malin et très bricoleur serait assez prétentieux s’il pensait pouvoir réaliser les machines décrites. Ainsi, le Minuteur de cuisson pour œuf dur n’est pas aussi simple à construire que son titre pourrait le laisser penser. Il faut déjà disposer d’un « œuf rouge », se lever « dès potron-miner », obtenir la collaboration des « tortues siamoises Annetta et Luciana » et de « l’escargot Mario Lumego de Monselice » dont Munari nous donne l’adresse « 247,4, avenue Maria Marianna ». Avouez que pour se faire un cuire un œuf, le temps de préparation excède de beaucoup celui de la cuisson. De même, et c’est bien le seul reproche à faire à ce livre, il ne nous est guère facile de trouver les matériaux requis pour la bonne réalistion des machines comme « le bicarbonate de châtaignes » ou « le vrai faux café artificiel » qu’on se procure « en envoyant le sosie d’un faussaire acheter chez un épicier mobilisé et remplacé par un parent originaire de Toscane quelques milligrammes de colorant synthétique que vous mélangerez à un litre d’eau minérale après vous être accroché au menton une fausse barbe ». Vous devriez avoir plus de facilités à vous procurer ce livre…

Les Machines de Munari
Céra-nrs Editions
36 pages, 119 francs

Suivez le mode d’emploi Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°25 , janvier 1999.
LMDA PDF n°25
4,00