La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Arts et lettres Le paillasson de monsieur

août 1999 | Le Matricule des Anges n°27 | par Éric Dussert

Armand Silvestre poète modique

Membre de la Revue Perpendiculaire, Jean-Yves Jouannais évoque dans un opuscule le poète et auteur de gauloiseries Armand Silvestre (1837-1901). C’est tout à son honneur d’autant qu’il l’a illustré d’un portrait. Pour le reste, on s’étonne que l’essai paraisse dans la collection Le Cabinet des lettrés quand il conviendrait si bien au Boudoir des courants d’air. Superficiel comme un blabla de salon, ce livre est creux lorsqu’il n’est pas truffé de contresens (une poignée d’Hydropathes n’a jamais bouleversé Paris) et d’assertions abusives (un plagiat n’en cache pas toujours un autre).
Si la biographie d’Allais par F. Caradec (Fayard, 1998) lui sert de caution, elle révèle par contraste l’absence d’informations nouvelles susceptibles de sortir Silvestre du néant. Faute de quoi, Jouannais fige son sujet dans les hardes de l’écrivaillon-type. Le substrat « esthétique » de son propos transparaît vite du reste. Après avoir qualifié Vaché et Fénéon d’Artistes sans œuvre (cf. MdA N°21), il souhaite établir cette fois l’étalonnage stérile du (vulgaire) « auteur de livres » et de « l’artiste » (génie) au prix de raisonnements aussi spécieux que simplistes.
Voilà comment en prétendant défendre l’œuvre de Silvestre on lui inflige les rigueurs d’une « postérité ingrate aux amuseurs » (Van Tieghem). Profiter du statut précaire de ce poète élégiaque est un procédé cuistre et inélégant. Jamais Proust ou Mallarmé n’auraient subi cela. Aussi, à notre contempteur des médiocres – qui bénéficie en retour de leur aura décalée –, on conseillera l’œuvre critique du poète Yves Martin. Celui-ci a toujours eu l’œil assez pointu pour déceler le beau morceau chez les plus humbles. Il sait bien qu’en matière d’histoire ou de critique littéraire, il convient d’aborder son sujet avec empathie et respect. On ne s’essuie pas les pieds sur les macchabées.

Armand Silvestre, poète modique
Jean-Yves Jouannais

Le Promeneur
61 pages, 78 FF

Le paillasson de monsieur Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°27 , août 1999.
LMDA papier n°27
6.50 €
LMDA PDF n°27
4.00 €