La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Arts et lettres Noir, c’est lumière

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Thierry Guichard

Pierre Soulages (Trois lumières)

Le peintre Pierre Soulages, on le sait, n’utilise guère que le noir pour peindre ses toiles. Au pinceau, au couteau ou à la spatule, le noir qui recouvre dans ses plus récentes œuvres la totalité de la toile lie la forme à sa matière même et fait sourdre une lumière qui tire sa force de sa densité. L’écrivain Jacques Laurans est un amoureux des cinémas d’avant, où la vie surgissait à la fois sur la toile et dans la salle. Le peintre vit à Sète, l’écrivain à Montpellier ; il n’était donc pas incongru qu’ils se rencontrent. C’est bien depuis cette rencontre et cette amitié que Jacques Laurans propose trois courts textes autour de Pierre Soulages. Excepté le dernier texte, consacré aux vitraux de l’abbatiale Sainte Foy de Conques, l’ouvrage prend donc résolument la voie du témoignage. Il s’agit, pour Jacques Laurans, de restituer la découverte que fut d’abord pour lui de voir (de regarder, de contempler) les toiles de Soulages chez lui, sur le Mont Saint-Clair. Et de ce rendre compte qu’« il n’existe pas de peinture abstraite » et que les tableaux de Soulages « se mêlent aussi à l’atmosphère des astres (…) et participent à la même énigme de ce qui s’offre d’abord comme naissance, fondation, signes du monde, alternance du clair et de l’obscur ».
C’est là, le principal intérêt de ce court livre que de montrer la valeur cosmogonique et universelle de cette peinture considérée à tort comme paradoxale. On regrette d’autant plus que l’écrivain ne soit pas allé plus loin, n’ait pas pris à son compte ce travail de la matière pour tenter sur le papier de célébrer les épousailles du pictural et de l’écrit. Le livre se contente des qualités apéritives qu’il recèle, comme une invitation à poursuivre hors les pages, le festin de la lumière. À moins qu’il ne soit que le seuil d’un ouvrage plus vaste à venir, plus ambitieux aussi, où ce ne sera plus seulement la vision du tableau qui sera circonscrite, mais aussi les émotions profondes qu’il fait naître.

Pierre Soulages
Trois Lumières

Jacques Laurans
Farrago
33 pages, 50 FF

Noir, c’est lumière Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.