La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Premiers romans Fin de partie

mars 2000 | Le Matricule des Anges n°30 | par Pierre Hild

D’Olivier Gadet, éditeur singulier de la maison Cent pages, on connaissait la plume tranchante et pamphlétaire de J’emmerde le monde, libelle pourfendant les rédacteurs du « mondélivres ». Aujourd’hui, autre face d’une figure intransigeante, voici un roman, Le Fredon, dont il ne faudra pas attendre, non plus, qu’il caresse son monde -et le lecteur- dans le sens du poil consensuel.
Un homme, vieux, malade, soliloque dans un « cabanon », perdu au cœur d’un douteux pays normand à la géographie de girouette. Pour recevoir, comme un crachoir, la parole interminable de cet homme revenu de tout, de rien, « non avenu », un fils, muet, improbable. Entre eux, sur ce qui se dit, un soupçon constant qui flotte et renforce la seule évidence martelée, entêtante, du discours du père : « nous parlons mais nous ne disons rien de bien neuf ».
À la noirceur du propos -« chacun vaque dans sa propre souffrance, chacun pend au bout de sa corde »-, l’humour noir fait écho -« avant, les temps n’étaient pas forcément meilleurs mais plus reculés ». C’est un peu une scène d’un théâtre à la Beckett, portée par une langue dont la phrase évoque Bernhard ; un peu de cela poussé par un jusqu’au-boutisme qui ne s’autorise ni le brio de la pensée, ni l’esthétisme : un état de langue, proche de la déréliction.
Voilà au pied de la lettre, une littérature de l’épuisement. Face à l’épuisé qui jouit encore de la parole en proclamant « Rien de ce qui se dit ne m’intéresse, rien de ce qui se raconte ne retient mon attention. Il y a la pluie, il y a le beau temps, les nouvelles le petit va-et-vient », nouveau type de bavard, se développe un texte du refus, du piétinement, qui, sur une arête, ressasse le lieu commun pour l’épuiser.
« Rien de bien neuf », pas si sûr. Le lecteur, même abasourdi, énervé par un texte qui le rejette jusqu’à frôler le pied-de-nez, résistant, aura vécu une plongée radicale dans l’espace ténébreux que peut ouvrir et arpenter une parole malade et « désœuvrée ».

Olivier Gadet
Le Fredon

Climats
165 pages, 80 FF

Fin de partie Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°30 , mars 2000.
LMDA PDF n°30
4.00 €