La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Le souffle romanesque

mars 2000 | Le Matricule des Anges n°30 | par Thierry Guichard

Maçon, Yves Bichet cache dans les maisons qu’il bâtit de petits trésors intimes.Son roman leur ressemble : touchant, il permet toutes les questions.

Le Nocher

Voilà un roman qui devrait valoir à son auteur d’être courtisé par les tenants de la Nouvelle Fiction. Le Nocher possède quelques-unes des qualités recherchées par ce mouvement qui s’oppose à la littérature nombriliste. Romanesque, le livre l’est par les inventivités de l’auteur dont l’écriture de poète trouve ici un écho : ce sont des moments condensés, des détails colorés, qui donnent le relief à l’ensemble. Romanesque il l’est surtout par la profondeur humaine des personnages.
Nous sommes dans une ville du sud-est de la France proche de la frontière italienne. Une ville au sortir de laquelle un barrage a donné naissance à un lac. Une ville au centre de laquelle trône un baronnet, vieille maison que le maire a décidé de raser. C’est Giulio, le couvreur qui se charge de dénuder le toit. Giulio, l’homme au savoir incommensurable, qui sait parler aux animaux, lancer un sifflet qui abolit l’espace mais qui ne parvient pas toujours à calmer Caronte, son chien. Giulio a le sang violent lorsque ses yeux croisent ceux de l’institutrice. Il sait l’amour impossible. Son passé lui a appris qu’il était, dans le registre amoureux, un élu de l’échec.
On pourrait dire également qu’il s’agit d’évoquer le lac historique et mythologique d’Averne dans le sud de l’Italie. Un lac qui inspira Dante et au bord duquel aujourd’hui les voitures se rangent pour offrir à leurs occupants un moment de copulation comme in vitro. On pourrait aussi bien dire que ce livre raconte comment un perroquet tombe amoureux d’un chien.
Cette histoire nourrie de destins multiples est servie par une écriture précise et sensuelle qui donne aux gestes du couvreur la noblesse et la force d’un vin italien.

Yves Bichet, votre deuxième roman évoque la politique d’une localité, l’amour, fait preuve d’érudition en même temps qu’il dépeint parfaitement le travail manuel d’un couvreur. De tous ces ingrédients, lequel est celui qui vous a donné le départ du livre ?
C’est d’abord un lieu. Que j’ai connu dans des circonstances douloureuses. Je suis allé au lac d’Averne. J’ai découvert cet endroit étonnant alors que je vivais un deuil. Le love-parking commençait à ce moment-là. C’était le tout début, il n’y avait pas la mafia comme je le raconte. Mais il existe vraiment des love-parkings où tu paies à la mafia pour être peinard…
Ce qui est étonnant là-bas, c’est ce mélange de bordel complet -les gens se baignent dans les déchets- et, simultanément, toute la culture, l’histoire, la mythologie qui imprègnent le lieu. L’idée d’écrire ce livre est venue de là. Je me suis interrogé sur la mythologie de façon primaire : comment ces horreurs que rapporte la mythologie fondent notre culture.
Selon vous, la mythologie serait responsable de certains maux occidentaux ?
Et bien je me pose la question. La mythologie est un catalogue d’horreurs mais on ne la considère pas comme ça. On lit par exemple qu’Agamemnon sacrifie sa fille Iphigénie pour avoir du...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°30
4.00 €