La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Enfants de la violangue

juillet 2000 | Le Matricule des Anges n°31 | par Thierry Guichard

Pierre Guyotat poursuit avec Progénitures l’une des expériences d’écriture les plus singulières du siècle. Quand la langue se fait corps….

Rarement un livre aura bénéficié d’autant d’attention que Progénitures, nouvel opus que Pierre Guyotat a mis dix ans à écrire. Une attention toute éditoriale pour offrir aux lecteurs démunis quelques-unes des clés de cet univers aussi dense que singulier. Qu’on en juge : au terme des huit cents pages de Progénitures, vous trouverez un glossaire, trop court, que vous consulterez dès la première ligne de ce roman (?) fleuve pour vous apercevoir que le travail reste à faire, et que la tâche vous échoit. De même, un mode d’emploi nous est proposé : « Il convient de lire Progénitures dans le rythme syllabique du verset (…) ». Collé à la troisième de couverture, un CD restitue trente-huit minutes de lecture des premières pages du livre par Guyotat lui-même. La voix est grave, basse continue qui tend vers la plainte, la douleur et la douceur mêlées. D’évidence, le texte sort du corps, en fait partie, n’a rien d’étranger à son auteur. On aimerait en dire autant de notre lecture, mais peut-être, pour bien lire Progénitures faudra-t-il autant de temps qu’il en a fallu pour l’écrire.
Face à ce livre-monstre, comme il en existe peu dans l’histoire (on pourrait citer Finnegans Wake) les clés données par Gallimard ne suffisent pas à pénétrer un tant soit peu à l’intérieur de l’œuvre. On se réfugiera donc dans la lecture du long entretien que l’auteur a accordé à Marianne Alphant publié dans un ouvrage au titre rassurant : Explications (Éditions Léo Scheer, 95 FF). Certes, l’œuvre s’éclaire un peu de ces 176 pages de dialogue mais sans la rendre plus transparente.
C’est que pour « réintroduire le rythme dans notre langue sans en inventer une autre », Pierre Guyotat use d’un langage comparable à ce que faute de mieux on nommera un créole. Un créole des bas-fonds, qu’on pourrait situer en Algérie, un créole des miséreux et des laissés-pour- compte, de la fange qui n’a plus que la parole comme richesse. Les mots sont élidés, rabotés, pas finis : bouts de lexique pour morceaux d’humanité. Le tout mis en rythmes que l’audition du CD nous fait entendre nostalgiques, comme en ré mineur, mais d’où surgissent des moments de colère. Il s’agit de dire les fonctions les plus organiques de la vie : manger (des rats surtout), baiser (enculer surtout) et mourir/tuer (égorger surtout) : « l’bieau Bel Bel Rachid t’reviant relir’ son ciné-roman, au pliant, du rat peri auprès l’grain poison,/ à couchant les boueux entrer, t’enculer, pelleter un rat, t’enculer, pelleter un rat,/ t’enculer pelleter un rat ! ».
Les humains ici vivent parmi les mouches, usent et abusent des putains, non-humains mâles ou femelles, dont le commerce consolide la cauchemardesque société. Prostitutions des corps, négation de l’être. Comme c’est le cas dans l’œuvre d’un Antoine Volodine (dont le post-exotisme pourrait adopter les ombres de Guyotat), la fiction se développe ici de l’intérieur même du monde évoqué. Elle en suit la logique et la langue pour nous y plonger, pour qu’on ne le visite pas, cet univers, de l’extérieur. La langue, organique, biologique, outrancièrement sexuée, s’est débarrassée de sa dimension instrumentale pour être à elle-même son sujet. Face à son opacité troublante, le lecteur devine que rejeter ce texte (où les apostrophes pullulent comme autant d’appels à saisir les mots) serait une lâcheté, l’accepter une folie. On est bien loin d’un quelconque divertissement. Lire Guyotat peut constituer une expérience ontologique, et, à coup sûr, une épreuve.

Progénitures
Pierre Guyotat

Gallimard
809 pages + 1 CD, 195 FF

Enfants de la violangue Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°31 , juillet 2000.
LMDA PDF n°31
4.00 €