La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Cool polar

septembre 2000 | Le Matricule des Anges n°32 | par Gilles Magniont

Imaginons l’émergence d’une littérature hexagonale inspirée des nanars made in USA. Comme échappés d’un magasin de vidéo, des personnages jeunes, creux et sexy, seraient projetés au cœur de scènes paroxystiques. Pour lier ces scènes entre elles, il faudrait quelques coïncidences. Par exemple, comme scénario, l’armée pourrait être mouillée dans d’occultes expériences de cobayes humains. Et pour narrer l’ensemble, on verrait bien une toute jeune fille effrontée : menant l’enquête, elle devrait alors assister au meurtre de son père, faire le coup de poing avec d’odieux nazillons, découvrir de traumatisantes photos de corps torturés, et même, sous l’emprise de psychotropes, subir les pires outrages.
Tout ceci, sans se départir du naturel désarmant propre aux adolescentes (« Son cul était assez sexy pour que je rêve de remplacer la selle de sa moto et aucun poil ne dépassait de son débardeur ni rien », remarque-t-elle avec panache), lesquelles savent alternativement s’extasier sur des yeux « hyper bleus, hyper lumineux », un « appartement trop cool », un sexe d’homme semblable à un « sceptre ultra précieux », ou encore s’inquiéter lorsqu’apparaissent des inconnus « hyper strange ».
Dans les coins, traîneraient aussi des livres (Nick Tosches, Brautigan, Stevenson) et des catalogues d’art (Kandinsky, Hockney, Bacon dont on sait la « solitude désespérée et hyper résignée ») : quelques références ne font pas de mal. Il faudrait bien sûr penser à la couverture, y mettre de la couleur, pourquoi pas le dos musclé d’un black et le string d’une danseuse hard.
Enfin, il y a le titre. Pourquoi pas Karma Girl ? Certes, ça ne veut strictement rien dire, mais voilà qui évoque agréablement des choses connues, comme un titre de chanson ou une marque de déodorant.

Karma Girl
Erik Wietzel

Éditions Hors Commerce
250 pages, 90 FF

Cool polar Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°32 , septembre 2000.
LMDA PDF n°32
4.00 €