La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Sous le soleil des fachos

septembre 2000 | Le Matricule des Anges n°32 | par Coline Hugel

La chaleur, le soleil, la plage, les touristes et les militaires dans le train. Voilà pourquoi Céline déteste le Sud, son lieu annuel de vacances depuis cinq ans. Descente dans le Sud, descente aux enfers.
Julien, son cousin, s’est suicidé cette année. Il était adepte de jeux de rôles. Une profanation de cimetière avait eu lieu quelques mois auparavant. Pour les journalistes et les policiers, cela ne fait aucun doute, tout est lié. Mais pas pour Céline qui part enquêter sur les lieux.
Ce qui est bien avec Lehmann, c’est qu’il arrive à nous raconter une histoire d’amour certes un peu fleur bleue mais à laquelle on croit, tout en démontrant méthodiquement les méfaits du fascisme passif.
On a un peu de mal à déterminer le public visé, le style de l’écriture correspond au monde des ados mais certains passages de l’histoire semblent peut-être un peu loin de leurs préoccupations quotidiennes (la référence aux mairies fascistes, la réflexion menée sur le suicide…).
Lehmann, en habitué du jeu de rôles (il en avait déjà fait le sujet de son roman No pasarán, le Jeu), cherche à casser l’image que l’on pourrait en avoir, celle d’adorateurs de Satan pilleurs de cimetières, en mettant en scène un groupe de jeunes tout ce qu’il y a de plus conventionnels.
Restent cependant quelques passages un peu gros (le maire très « loup aux grandes dents » qui assassine à tour de bras, la « démission » de la bibliothécaire) et des personnages un peu caricaturés (les gentils contre les méchants, l’aveuglement et le silence de la mère de Julien…). L’auteur ne lésine pas sur la redondance, l’utilisation de clichés (les trois beaufs dans le bar qui tiennent des propos racistes) et l’exagération (la scène macabre dans la décharge) pour appuyer son discours.
Malgré tout, le message passe et la mise en garde reste clairement en tête, grâce à l’écriture très fluide et aux deux personnages principaux bien sympathiques.

Tant pis pour le Sud
Christian Lehmann

L’école des loisirs
209 pages, 60 FF

Sous le soleil des fachos Par Coline Hugel
Le Matricule des Anges n°32 , septembre 2000.
LMDA PDF n°32
4.00 €