La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Symphonie en Utes

septembre 2000 | Le Matricule des Anges n°32 | par Gerardo Lambertoni

La Rivière des âmes perdues

Ce roman policier prend sa source au tréfonds d’un cañon du Nouveau continent, dans la réserve indienne des Utes du Sud. Les cris du coyote sorcier y troublent à peine la vieille femme-médecine Daisy Perika qui se traîne péniblement hors de sa caravane vers « quelque chose de plus ancien que l’univers ». Tout au long des berges friables d’un arroyo, croisant des genévriers rabougris, longeant les blocs de grès de la mesa aux trois colonnes rocheuses, nous suivons religieusement la chamane qui s’enfonce et pénètre le monde qu’elle nomme « Inférieur » et d’où elle émerge… « dans un univers humide de lumière jaune filtrée par des tourbillons de brume bleue ».
Daisy Perika est immense et si faible dans la nuit froide et étoilée. Et elle sait. Elle comprend vite que Scott Parris, le boss de sa petite nièce et chef de la police de Granite Creek (une petite ville minière des Rocheuses), voit un peu plus loin que son périnée. Qu’il trimballe un humanisme serein. Qu’il capte l’improbable. Qu’il rêve et s’en souvient… au gré de cette traque au meurtrier d’une brillante étudiante en physique. Prémonitoires, Scott Parris et Daisy Perika vont nous ballotter de la légalité de l’enquête aux forces spirituelles indiennes, de la science -et plus particulièrement de la supraconductivité (l’auteur, James D. Doss en est un éminent spécialiste à haute température)- à la prescience, de l’humour désarçonné de subordonnés à ce suspect mexicain ne sachant à quels saints se désavouer…
Au final et grâce à la possession des pouvoirs surnaturels nous serons « dans le secret d’une fissure de la roche jaune »… La boucle se boucle. Œil pour œil dans les flocons du Colorado. « Ojo por ojo. »
Bien sûr l’on ne peut s’empêcher de comparer ce roman à ceux de la référence de l’ethno-polar américain (par ailleurs cité dans La Rivière des âmes perdues) : et bien, James D. Doss égale Tony Hillerman.

La Rivière des âmes perdues
James D. Doss

Traduit de l’américain
par Dabièle et Pierre Bondil
10/18
295 pages, 44 FF

Symphonie en Utes Par Gerardo Lambertoni
Le Matricule des Anges n°32 , septembre 2000.
LMDA PDF n°32
4.00 €