La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Sous le soleil, exactement

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Thierry Guichard

Ce qui affleure dans la poésie de Jean-Luc Sarré a le poids de l’Histoire et la légèreté de la lumière. C’est un exil de soi en soi.

Le quatorzième livre de Jean-Luc Sarré porte un titre, Affleurements qui conviendrait à définir sa poésie. Ses vers semblent émerger d’un être évanescent, comme retiré du monde (on l’imagine nuitamment debout devant une fenêtre). Ils recueillent le moindre souffle, le plus infime bruissement de l’extérieur, qu’ils accueillent dans le poème comme pour souligner, plutôt que meubler, le vide de celui qui voit. Ce vide, cette trouée dans l’existence, on croit deviner qu’elle trouve son origine au seuil de la vie adulte, en 1962 lorsque Jean-Luc Sarré doit quitter, à la suite « des événements », Oran où il est né. Le recueil reprend en effet en ouverture, un titre, Comme un récit, déjà paru en 1991 aux éditions Étant données. Un poème mitraillé de silences blancs sur la page, où jamais le mot Algérie n’apparaît mais où le monde se donne (« une vie à contempler un jour au féminin/ avec du rouge par endroits/ celui d’un sourire ou d’une jupe/ un jour en forme de fille ») en même temps qu’il se retire : « le même soir le bruit court qu’on balance à la mer/ les corps qui n’ont pas supporté la question ». Cette entrée dans la matière du recueil n’est pas sans violence, comme s’il s’agissait aussi de prévenir le lecteur sur la portée des poèmes qui suivront : « il y a de la merde sur les murs/ il y a du sang qui sèche ».
La suite fait penser à un poème portugais, une attente vaine autant que résignée. Ce n’est pas le roi Sébastien qu’on espère ici, mais peut-être, croit-on deviner, un retour à la fois en Algérie et dans le temps, retrouver ses dix-huit ans pour vivre enfin les promesses d’alors. Mais on ne fait que deviner cela : la poésie de Jean-Luc Sarré n’est ni bavarde, ni égocentrique. Les humains sont étrangement absents, à l’image des voisins dont la sonnerie du téléphone est difficile à oublier. On croise bien quelques silhouettes, des femmes surtout, mais ce sont sous le soleil éblouissant simples passants que « la lumière désinvolte caviarde ».
Avant d’être un poème, l’écriture est un regard qui saisit du monde ce qui « offre (…) prise » et permet à l’existence de trouver ses marques, faute de mieux. C’est aussi une oreille (celle d’un amateur de jazz et celle d’un insomniaque) qui traque dans les bruits ce que la nature dit de silencieux. Le mystère vient de ce qui est fait de ces sons et pourquoi l’homme se doit-il de les écrire en poèmes. Puisque moins longtemps encore que les fleurs, ne tiennent « ces mots/ qui jonchent la page comme les pétales autour d’un vase ;/ on les livre sans trop y croire, pour patienter/ jusqu’au retour du soleil sur le mur d’en face. » S’agit-il de fixer un sens au « bel ennui derrière ses volets clos » ? Ou s’agit-il de pousser les mots jusqu’aux « caprice(s) de la mémoire » pour sans cesse « débusquer sous (ses) pas les fantômes » ?
Jean-Luc Sarré est comme les peintres de natures mortes ou certains sculpteurs, il conserve en ses longs vers, un élan autant figé, stoppé par l’Histoire, que glorieux. C’est l’amour de la vie, des femmes, des odeurs, de la marche et des alcools confronté à l’absence totale de crédulité, au déni de tout humanisme. Cette poésie porte le deuil du lyrisme en même temps qu’elle en élève la trace vers une gloire aveuglante. Elle tourne autour d’un point aveugle, telle Thelenious Monk tournant sur lui-même ; un point où brûle un soleil omniprésent, un point que personne ne saurait regarder en face.

Affleurements
Jean-Luc Sarré

Flammarion
114 pages, 89 FF

Sous le soleil, exactement Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €