La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire La vie hors-les-murs

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Éric Dussert

L' Homme au T apostrophe

L’Homme au T apostrophe est un titre diablement énigmatique. On imagine d’abord un héros de roman populaire, un Fantomas, un Chéribibi. Ce n’est pas du tout ça. Sous cet intitulé, l’aquarelliste Amandine Doré dédie un livre à son époux Albert t’Serstevens, écrivain mémorable issu de la vieille noblesse belge.
Né en 1885, t’Serstevens s’était laissé oublier depuis son décès en 1974. Des rééditions ont tenté de ranimer son œuvre : Taïa, Les Corsaires du roi, L’Or du Cristobal. En 1995, L’Éther vague relançait même son premier livre, les Poèmes en prose de 1911 remarqués par le patron de Comoedia, Gaston de Pawlowsky qui invita leur auteur à conquérir Paris. À défaut de la biographie toujours attendue, les mémoires d’Amandine Doré, descendante du grand Gustave, éclairent d’un jour intime la figure de cet homme indépendant. Sa ligne de conduite fut d’en faire à sa tête. Jeune homme en rupture de ban de la bourgeoisie bruxelloise, t’Ser fut membre d’un phalanstère anarchiste avant d’obtenir le statut d’écrivain.
Romancier, traducteur des Priapées, du Prince de Machiavel et du fameux Livre de Marco Polo, il fut un authentique styliste doublé d’un franc-tireur. En 1972, il déclarait à la télévision : « Je me fous de la littérature, ça ne m’intéresse pas ». Pour lui, l’étude et les voyages primaient. Et l’amour. Le livre d’Amandine en est le fruit orné d’un inédit où t’Serstevens la peint tendrement sous les traits de « La Petite fille de saint François d’Assise ». Pour autant, le volume n’est pas destiné au seul usage familial, on y trouve des anecdotes sur le trio qu’il composait avec Abel Gance et Cendrars -t’Ser a consacré un livre à L’Homme que fut Blaise Cendrars (Denoël, 1972), et Picasso, Cocteau, Modigliani, le typographe Louis Jou jusqu’à ce Corse qui se fit passer dans son île pour l’auteur de ses livres. Restent aussi le chemin parcouru à deux, les séjours au Mexique, dans les Cévennes avec le chat Puma, le goût du sport attesté par la récente édition des Joies de plein air (Arléa, 144 pages, 95 FF). Une belle vie hors-les-murs.

L’Homme au T apostrophe
Amandine Doré

Éditions Durante
167 pages, 150 FF

La vie hors-les-murs Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €