La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Fille du silence

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Franck Mannoni

Tout le monde hurle chez moi, j’ai honte de dire que je suis la fille de ce silence-là… c’est pas ma faute.« Ce n’est pas un adulte qui parle, mais une petite fille. Pour son premier livre, Chiara Zocchi a fait parler une enfant avec une justesse qui enchante. Écrit à 19 ans, ce récit sombre, illuminé par l’innocence de la petite Olga, n’est pourtant pas le fruit d’une adolescente sur le tard, à peine sortie de cette période où la vie s’hallucine, où l’imaginaire redessine le moindre événement de la vie quotidienne pour l’enrichir, l’embellir ou le dramatiser. Consciencieusement, Olga fait le récit de ses malheurs : son père violent, sa mère passive, son frère toxicomane. À sa manière, elle explique les choses des grands, sans tout comprendre. »Les baisers avec des larmes, c’est toujours des baisers spéciaux, parce qu’ils veulent dire des choses importantes mais tu ne comprends pas toujours quoi."
Si les mots ne viennent pas pour tout expliquer Olga voit très bien où tout ceci la conduit, avec des raccourcis qui ne font pas illusion : « Dans ma maison, il y a maman et moi, plus mon père qui est en prison, moins mon frère qui est mort ». Malgré tous ces drames, qui feraient sombrer bon nombre de victimes, Chiara Zocchi parvient à faire évoluer son personnage, sauvé par son humour et quelques « anges » de son entourage, comme le facteur ou encore Franco, son petit voisin avec qui elle s’évade : « Je suis restée debout avec les yeux pleins de larmes,… je voulais faire semblant d’être un ange, comme lui,… comme ça j’ai pu voler un peu haut dans le ciel ».
Après ce premier essai, qui s’apparente fort à un coup de maître, bien malin qui saura prédire l’intrigue et le ton du second livre de Chiara Zocchi. Seule certitude, l’écrivain a l’envergure d’un talent confirmé, déjà récompensé par les prix Fiuggi, Rapallo et Costantino Pavan.

Olga
Chiara Zocchi
Traduit de l’italien par Françoise Brun
Rivages
176 pages, 85 FF (12,95 o)

Fille du silence Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4.00 €