La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Turbulences

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Marie-Laure Picot

Dans le même esprit que L’Assiette (P.O.L, 1996), Jean-Jacques Viton reprend avec Patchinko un procédé qui place l’objet au centre du livre et délimite le territoire du poème. Patchinko, mot valise ici, est dans la réalité un flipper japonais différent dans son fonctionnement à celui que nous connaissons. Jeu de pur hasard, le patchinko se présente en position verticale. Les billes une fois lancées retombent prestement ou se positionnent de-ci de-là dans les orifices placés sur leur chemin. Ce flipper dont s’empare le poète est une vision ou comme il l’écrit « un objet fantôme/ on y joue en jouant à l’absent/ à l’aide d’une mémoire qui a perdu son sang ».
Dans le jeu qui consiste à écrire le poème, il faut dans le même temps prendre en compte le réel, le temps de l’écriture et la mémoire, la difficulté consistant dans la construction aléatoire de ces forces conjuguées : « Comment remonter un cours de temps/ navigation aléatoire fiction mince/ du réel faudrait savoir ce que c’est/ ce réel il calfeutre écharpe vraie/ ça enroule et ça déroule des billes/ des bribes des bouts on enfile tout/ remonte et descend pas de conduite ». Ainsi dans le poème-patchinko, souvenirs, notes, lieux, pensées, visages, tableaux entrent en turbulences. Le tout étant de s’y retrouver ou tout simplement d’approcher ce que l’on cherche, un début, une trajectoire. Tenir compte des « descentes obligatoires » : « Je ne peux pas dérober les sites mayas/ pyramides géantes murailles féroces/ il faut les transformer les faire entrer/ sous les ailes fluo des dragons réclames » ou des « trous pièges » : « ou le malheur qui trempe comme une averse/ lorsqu’il part très loin plusieurs semaines ».
Contrairement au flipper occidental où le joueur zélé prend peu à peu possession de la machine, au patchinko quand « tout est fini le plus dur reste à faire ». Ne pas s’arrêter. « Observer le premier traqueur inuit/ le regarder suivre la forme blanche » et recommencer…
Jean-Jacques Viton réussit là où beaucoup échouent : risquer le poème sur une piste étroite où viennent se percuter différentes temporalités sans vriller la machine.

Patchinko
Jean-Jacques Viton
P.O.L
15,25 (100 FF)

Turbulences Par Marie-Laure Picot
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €