La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La partition du vide

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Laurence Cazaux

Le Traitement/Atteintes à sa vie

Dans une société de consommation, qu’est-ce qui différencie l’art de la vie ? Apparemment peu de choses dans les pièces de Martin Crimp.
Le Traitement met en jeu deux producteurs. Ils s’intéressent à l’histoire d’Anne, bâillonnée et attachée par son mari. Mais pour adapter cette histoire au cinéma, ils vont devoir la distordre selon des règles pour la plupart commerciales : « le processus de transformation par lequel la vie devient de l’art exige que parfois l’on couche la vérité sur un lit de Procuste » (Procuste était un brigand rendu célèbre par ses tortures, ndlr). L’auteur décrit donc cette torture, ce rapt, cette régurgitation d’un être humain, Anne, en donnant le sentiment qu’aucun de ses personnages ne touche jamais du doigt, ne serait-ce qu’un petit bout de réalité. Martin Crimp nous perd dans un jeu de miroirs déformants très habile. Rien ne donne du sens, rien ne semble palpable, mis à part la dérive des personnages. À force de surfer sur du vide, ils ont pour seule issue la violence ou la folie. Pour mieux donner à entendre ce vide, Martin Crimp rythme son texte comme une partition. Il fait s’enchevêtrer les répliques selon un découpage très précis. La parole n’étant jamais véritablement entendue, elle se brouille, perd son sens.
Atteintes à sa vie est une tentative en dix-sept séquences de tracer le portait d’une femme, celui d’une autre Anne. Dix-sept scénarios, tous différents. Entre Anne artiste, Anne terroriste, Anne fanatique, Anne suicidaire, Anne mère, Anne guerrière, Anne se réduit en fait à « une absence de personnage ». Une deuxième partition du vide, de l’absence qui génère la violence. Une spirale impitoyablement décrite par Martin Crimp.

Martin Crimp
Le Traitement
Traduit de l’anglais par Elisabeth Angel-Perez
Atteintes à sa vie
Traduit de l’anglais par Christophe Pellet
L’Arche
206 pages, 14

La partition du vide Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40
4.00 €