La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Tempête sous un crâne

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Richard Blin

Don’t call me worthy

La certitude brutale, soudaine, que celle qui partage votre vie vous trompe, et c’est toute une relation au monde et aux autres qui se trouve brisée. À ce qui vient d’être ainsi désenchanté, le narrateur va opposer l’élan nihiliste d’une parole en proie à l’égarement, le manège d’une voix qui, pour résister à la montée de la nuit, va renvoyer chacun à sa propre folie. Au cœur d’un présent disgracié se croisent et se recroisent -sur un mode mi-comique, mi-tragique- tous les paradoxes du « conjoint » et du « séparé », du doute et du cauchemar, de la détresse et du sarcasme. Une exigence de dire qui emporte normes et modèles. C’est poignant et dérisoire, don quichottesque et célinien. Car du bien, du mal, du meurtre et de l’amour -cette éternelle matière matricielle du vivre- Guy Viarre (disparu l’an dernier à l’âge de 30 ans) a manifestement choisi de privilégier la forme plutôt que le fond.
À plaie ouverte, sur fond de mer et d’incendie, de pensées aventurées et de déchirures qui rêvent de se transmuer en envols, sa phrase tourne, rumine sa cible avant de décocher sa flèche. Ou bien elle porte sa croix, joue de tous les amalgames ou cherche la formule d’une lucidité supérieure. Une langue qui palpite quand elle ne resserre pas ses anneaux sur sa proie, rendant parfois la page irrespirable. Parce que l’enfer c’est la parole des autres. « L’ai dit STOP marche arrière et regarde-moi quand tu recules. Et regarde-moi quand tu recules et que je te demande où tu vas. Et regarde-moi et ne me le dis pas et fais en sorte que je ne l’entende pas. Ni son nom ni autre chose NOOON ». Parce qu’il est toujours trop tard pour savoir. Par peur du dernier mot. Pour que la résonance du silence revirginise l’apocalypse.

Don’t call me worthy
Guy Viarre
Éd. Grèges
85 pages, 10

Tempête sous un crâne Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.