La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Goya en Sibérie

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Thierry Cecille

Dans la neige mêlée de sang, piétinant les cadavres des exécutés, étouffant dans la moiteur des bureaux, nous voici projetés aux côtés d’un responsable de la police politique soviétique, à la fin de la guerre civile.
La chute du communisme permit, en URSS, non seulement l’ouverture des archives aux historiens, mais également la redécouverte d’écrivains plongés dans un Purgatoire qu’ils ne devaient qu’à leur non-conformisme politique -compte non tenu des qualités littéraires de leurs œuvres. Zazoubrine est de ceux-là : il fallut attendre 1990 pour que paraisse la première édition française -cette réédition s’imposait. La puissance stupéfiante de ces visions -la besogne quotidienne du Tchékiste Sroubov et de ses subalternes, arrestations, interrogatoires et exécutions le plus souvent collectives- s’accompagne -ce qui n’allait pas de soi- d’une précision d’analyse qui rend passionnantes les interrogations -politiques, morales et métaphysiques- du communiste qu’il demeure envers et contre tout, malgré les assauts du doute, les peurs et les dégoûts, les approches de la folie. L’écriture, pour le suivre, se risque constamment : métaphores expressionnistes et allégories dignes de Hugo -celui de Quatre-vingt-treize bien sûr- personnification permanente de la Révolution -fiancée désirée ou féroce marâtre- bribes de monologue intérieur, onirisme et martyrologe. C’est que la mort -plus encore que l’idéal communiste- la mort que l’on inflige et celle que l’on risque, est ici un alcool fort, dont on s’enivre sans mesure, jusqu’aux hallucinations, avant les vomissements du remords et l’abrutissement final de la conscience.
Lénine déclare « c’est un livre terrible, un livre nécessaire », on l’étouffe donc -et Zazoubrine mourra en 1938, pendant la Grande Terreur stalinienne, sans doute assassiné. Il nous faut donc le lire aujourd’hui, c’est encore -et plus que jamais ?- « un livre nécessaire ».

Le Tchékiste
Vladimir Zazoubrine
Traduit du russe par
Wladimir Berelowitch
Christian Bourgois
155 pages, 14

Goya en Sibérie Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €