La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Un écrivain luciole

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Laurence Cazaux

Laurent Javaloyes est né en 1965. Après des études universitaires à Brest, il entre à l’école du Théâtre National de Bretagne à Rennes en 1991. En 1994, il fonde avec les acteurs de sa promotion le Théâtre des Lucioles. Laurent Javaloyes s’est suicidé le 8 novembre 1999. Le Théâtre des Lucioles a créé en mars 2001 Igor et cætera dans une mise en scène de Pierre Maillet. Ce dernier qui préface la pièce, explique que le texte n’étant pas terminé, le passage à la scène a été une volonté de « continuer l’écriture » en associant d’autres écrits de Laurent Javaloyes, comme des chansons d’un récital ou un extrait d’un projet de roman. C’est donc le montage pour le spectacle qui est édité ici. L’idée de donner à entendre une voix par-delà la mort est inscrite au cœur de ce projet. Il est difficile d’oublier la fin tragique du jeune écrivain car la présence de la mort est très forte dans cette œuvre et même si cet univers s’est inachevé brutalement, il reste de fait très singulier. « Moi tout de suite comme quand j’étais/ (et que je suis encore jusqu’au bout)/ enfant, je voulais arrêter le monde quelques instants pour le regarder/ et lui raconter des histoires… C’est mon rêve -/ et le théâtre me semble devoir converger vers cela… » Cette citation de Laurent Javaloyes donne le ton d’Igor et cætera, une histoire pleine d’enfance, empreinte de rêve et de cauchemar. Igor n’arrête pas de jouer à, il joue à toucher avec son truc (son sexe dans un rêve) la lune, il joue au meurtre du père, il joue à fuguer avant de réaliser ce jeu-là pour de vrai. Un personnage, Lady d’Ascalie, permet de jouer comme son nom l’indique, les didascalies. Ces dernières sont conçues comme de petits récits poétiques ce qui renforce l’impression d’être plongé dans un conte onirique et cruel.
Théâtres volés est un recueil de poèmes dont beaucoup sont liés à des rencontres théâtrales. Ces deux publications laissent le regret d’avoir découvert Laurent Javaloyes si tard, dans son parcours de luciole qui s’est éteinte trop tôt.

Laurent Javaloyes
Igor et cætera
et ThéÂtres volés
Les Solitaires intempestifs
94 et 62 pages, 9 et 7,5

Un écrivain luciole Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €