La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’aveugle et le visionnaire

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Jean Laurenti

Ville sanguine

En revenant à Bordeaux, la ville de sa jeunesse, un homme va retrouver les fantômes de son passé. C’est un fin connaisseur de cette altière cité, de son culte de la bienséance et des belles façades, qui, arrivant de Paris, descend à la gare Saint-Jean un matin d’octobre 1997. La date n’est pas anodine : elle est celle de l’ouverture du procès de Maurice Papon, accusé de crime contre l’humanité. Un musée de la ville prépare une exposition consacrée à Francisco Goya ; le narrateur, journaliste critique d’art, vient travailler sur « l’ultime parcours du Sordo », les années d’exil à Bordeaux entre 1824 et 1828.
Par-dessus l’Histoire, Marc Rombaut tend un fil entre ces deux personnages : celui qui n’a rien vu, qui ne voulait pas savoir ; celui qui a entrevu, par-delà le voile de la cécité, les désastres qui plus tard frapperont l’humanité. L’aveugle servile et le visionnaire libre. « « J’ai vu ça » , écrit Goya au-dessous d’un agonisant dont on a coupé les membres. » Et au milieu des toiles qui disent l’horreur, la folie, le chaos, La Laitière de Bordeaux, œuvre ultime, ode à la beauté féminine, à la sensualité.
Le récit du narrateur est lui aussi jalonné de figures féminines. Certaines manquent d’épaisseur et laissent le lecteur indifférent ; d’autres sont attachantes, comme Ingrid, la mère trop belle, trop tôt partie ; ou Jenny, compagne juvénile du père, et initiatrice quasi incestueuse du fils. Mais l’ensemble pâtit des ressassements amoureux -parfois complaisants- de ce vieux jeune homme tourmenté. Et puis, incidemment, l’émotion revient : regardant une photo encadrée de sa mère, il découvre « derrière la scène de la beauté fade (…), l’effrayante présence de la mort dans l’image. » Saisissante aussi la présence récurrente de la pierre : pierre blanche et friable des murs de la ville ; ou noire et dure, comme la pierre lithographique sur laquelle Goya, presque aveugle, gravera ses taureaux et ses fous pour éclairer le monde.

Ville sanguine
Marc Rombaut
Seuil, 237 pages, 16,50

L’aveugle et le visionnaire Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €