La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Impressions, soleil levant

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Bertrand Serra

Voici un livre de Natsume Sôseki bien différent de ceux que les récentes publications (l’auteur est mort en 1916…) nous ont livrés : rien de l’ironie de Je suis un chat, peu de la mélancolie voyageuse d’Oreiller d’herbes. Reste la manière, presque précieuse si ce n’était la sobriété poétique, toute en impressions, de Sôseki, auteur de milliers de haïkus, esthète et érudit ; presque psychologique si son analyse, au scalpel, si son talent inouï à suivre et exprimer les émotions les plus fines, les plus intimes, de ses personnages, ne reliaient ces mêmes personnages à un espace plus large que leur intérieur. C’est bien une peinture des mœurs de son époque que Sôseki nous propose. Nous trouvons précisément là un des thèmes centraux de son œuvre -la confrontation d’un individu à une société en mutation, déchirée entre les archaïsmes hérités d’une civilisation millénaire et une modernité importée d’Occident, que l’ère Meiji avait inaugurée en 1868. Cette opposition de valeurs, nous la retrouvons dans la relation glacée par les conventions qu’entretient Daisuké avec son frère aîné, à qui il tente, en vain, d’emprunter de l’argent pour venir en aide à Hiraoka, et son épouse Michiyo, dont il va tomber amoureux. Prélude à une métamorphose : l’indolence indifférente, très dandy, de Daisuké se fissure ; il devient un jeune homme actif et résolu à assumer son choix. Résolu aussi à affronter sa famille, qui le presse d’épouser une situation respectable, et une des jeunes femmes qu’on lui propose, pour un mariage arrangé…
Sôseki, érigé en monument littéraire au Japon (son visage orne les billets de 1000 yens) confirme sa dimension et sa modernité, quasi fondatrice de la littérature japonaise contemporaine ; aussi, le placer en aîné des grands romanciers nippons qui suivront ne paraît pas usurpé.

Et puis
Natsume SÔseki
Traduit du japonais par Hélène Morita et Yôko Miyamoto
Le Serpent à plumes
400 pages, 24

Impressions, soleil levant Par Bertrand Serra
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €