La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entendu à la radio Nostalgie en Artois

novembre 2003 | Le Matricule des Anges n°48 | par Valérie Rouzeau

Jeudi 4 septembre un peu avant sept heures du matin le radio-réveil se met en marche et sur France Inter tiens on nous parle de la retraite brûlant sujet oui la retraite… au Mexique ! Où les pauvres préfèrent travailler jusqu’à 70 ans (c’est-à-dire jusqu’au bout du rouleau pour les gens démunis là-bas) plutôt que de percevoir une retraite dont le montant n’est pas moins de cinq fois inférieur à celui du salaire déjà très maigre… Que cherche-t-on à nous signifier ? Quelques jours auparavant était évoqué dans la revue de presse de Jean-Louis Ezine sur France Culture un article du Figaro relatant une séance de signatures de Nadine de Rothschild à Loches en Touraine : les gens ont signé des chèques de 129 euros pour un livre de 129 francs et cela sans trouver le prix abusif. Ces gens-là peuvent s’offrir un voyage au Mexique, des kilos de tomates grecques (en Grèce, apprend-on sur Inter encore dans le « Cinq à Sept » du 2 septembre, le kilo de tomates a augmenté de 300 à 500% et lorsqu’on habite près des frontières on va faire ses courses en Turquie par exemple) ou brancher Radio Libertaire : « Y’en a qui s’ront jamais dans la merde (…) et souvent ce sont ceux-là mêmes qui nous dirigent et nous gouvernent… » Marabout, bout d’ficelle, selle de ch’val on en arrive tout de go à « celui qui a gagné 30 000 000 de dollars pour son dernier film, Terminator 3 (et qui) devra se contenter (misère !) de 175 000 dollars par an en qualité de gouverneur » flash info de RTL sur Wanadoo le 13 octobre dernier on en arrive au gouvernateur of course Arnold Schwarzenegger.

Tout arbre peut devenir une trogne. Il existe pour cela une technique de taille spéciale. Les noms changent selon les régions : « têtards » (devenus « très tard » parce que les paysans les taillent de moins en moins souvent faute de temps) ; « cosses » ; « ringottes » et récemment aux alentours de Rennes on trouve des « cotons-tiges ». Je regrette d’avoir raté cette émission de Gilles Lapouge, « En Étrange Pays » du 31 août sur Culture où il s’agissait de « Sauver les trognes ! » Il y avait là matière pour une belle et bonne rêverie bachelardienne. Au lieu de ces « infos », de ce boucan. Avec plus de 250 radios sur Wanadoo dont les favorites sont, après RTL, « la radio de tous les tubes », « la radio de l’information, de la culture et des valeurs » (?), ou encore « la référence en matière de techno, house, trance » et ont « l’esprit rock », donnent « l’actu en direct », « l’information en continu », « le meilleur du jazz », « le meilleur de la musique » et « tout sur la musique classique » c’est-à-dire Europe 2, Radio FG, Radio Nova, RFI, Le Mouv’, France Inter, France Info, Couleur 3, France Musiques,TSF, RFM, BFM, France Culture et, « première radio régionale » Vibration on pourrait espérer autre chose que des inepties et du vacarme, davantage d’émissions comme « En Étrange Pays », une actualité moins frileuse, moins hypocrite. Bref. Si la radio demeure l’une des grandes inventions de l’homme elle devient aussi parfois une engeance, un véhicule de plus pour la bêêêtise et la vulgarité, ainsi dans les bars, restaurants, magasins où elle reste allumée en permanence des fois qu’un ange viendrait à passer. Le silence sûrement peut effrayer mais tout ce raffut devrait nous inquiéter autrement. Du bruit pour nous assommer. Du bruit pour que nous dé-pensions.

Pourtant j’exagère. Voici quelques jours invitée à Arras avec l’écrivain et homme de radio Lambert Schlechter je faisais la remarque que toute la ville semblait branchée sur Nostalgie, partout où j’allais : au bistrot « Le Passe-Temps » face à la gare, à l’hôtel des « Grandes Arcades », au « Café du Beffroi » (où, comble, une télé sans le son diffusait un vieux match de foot des années 70-75 opposant Lens à Saint-Etienne !) etc. et je me demandais s’il n’y aurait pas là une étude à mener qui peut-être révélerait pourquoi la « Nostalgie » au Nord, et quoi ailleurs et pourquoi… J’exagère parce que, dans son pays le Luxembourg me disait Lambert, il n’existe pas une seule chaîne comme notre « Culture », aucune émission où trois heures durant la parole soit donnée à un penseur un peintre un architecte… Coupé Jankélévitch ! Alors nous avons, en tout cas par rapport aux Luxembourgeois, bien de la chance. Et je ne parle pas des vieux Mexicains sans le sou. Je prends note. Et je prends des notes, pêle-mêle, psycho, socio, linguistico. Même sans presque du tout de contenu la langue parle, notre façon de parler parle. Qui est Vincent Josse et d’où sort-il pour croire s’il croit ce qu’il dit, s’il y a seulement songé une minute ce qu’il affirme le 24 septembre au « Sept-Neuf » d’Inter que c’est une priorité pour « tous les parents » que de donner une culture artistique à leurs enfants. De quels « tous les parents » parle-t-il ? Dans quel monde vit-il ? Mais il n’écoute pas les infos ?!

Nostalgie en Artois Par Valérie Rouzeau
Le Matricule des Anges n°48 , novembre 2003.