La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Fol trimard

novembre 2003 | Le Matricule des Anges n°48 | par Éric Dussert

Voyage hors des limites de l’Essex

On ne connaît encore que les Poèmes et proses de la folie (1969) de l’Anglais John Clare (1793-1864) et, désormais quelques fragments de ses écrits autobiographiques traduits par Pascal Saliba. Belle et curieuse figure que John Clare, né dans le « morne village » de Helpstone, élevé dans un monde où « le fait de lire des livres (…) n’apporterait rien de plus à l’idiot que j’étais que la possibilité d’entrer à l’hospice ». Il se fit interner en 1841. Fou, l’était-il déjà quand, enfant, il fut pris d’une « vraie fureur » de lecture ? La Bible, les canards à deux sous puis décisives, les Saisons de Thomson qui le confient aux muses. Mais un poète paysan… quel éditeur prendra le risque d’une œuvre rurale ? Et puis la folie fait recette. On ne se presse pas pour traduire cette poésie nouée sur une extase panthéiste dont on aperçoit grâce à P. Saliba qu’il faut aller y voir. Certes, la langue de sa prose se délite, l’orthographe chahute, mais c’est le signe d’un allant formidable et de la perte d’identité dont souffriront Nerval et d’autres romantiques. De même, la curieuse épopée de Clare à la recherche de son épouse imaginaire Mary Joyce à travers la campagne anglaise évoque d’autres parcours étranges : Albert Glatigny, Germain Nouveau ou Léon Deubel, tous chemineaux à plume et à grain. Et quand Clare évoque le secret de ses premières écritures, on ne peut que songer aux pages hédonistes et rudes de Dominique Poncet perché dans ses arbres le crayon dans les pattes (Les Pentes fabuleuses). En attendant de lire les poèmes ruraux de John Clare, visitez-le et votez Pan.

Voyage hors des limites de l’Essex de John Clare
Traduit et présenté par Pascal Saliba, Grèges,
109 pages, 14

Fol trimard Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°48 , novembre 2003.