La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Barreaux du quotidien

juin 2004 | Le Matricule des Anges n°54 | par Benoît Broyart

Et un jour de plus

Fin du siècle dernier. Quelques jours avant l’an 2000. Une poignée d’hommes et de femmes dans des vies plus qu’étroites, liés entre eux parce qu’ils semblent appartenir à la même famille. Célibataire solitaire et névrosée, vieillard revenu de tout, couple qui dérive dans l’ennui, Jonas Gardell a conçu un cocktail forcément explosif et effrayant, aux limites du poncif. Mais la frontière n’est pas franchie, heureusement. Les détresses qui habitent ce roman sont toutes rendues avec beaucoup de vérité car l’auteur suédois dissèque le quotidien de ses personnages sans oublier aucun détail, s’attachant à chaque objet du quotidien. Dans un lotissement, la nuit, à propos du radio-réveil posé sur le chevet : « Le temps ne fait plus tic tac et ne carillonne plus. C’est une créature muette et perverse, elle reste dans l’expectative à l’intérieur des appareils. Le temps envoie des lueurs vertes et froides, comme un poltergeist patient qui attend, ses yeux brillent à travers les fentes de l’afficheur digital. »
Gardell a choisi de traiter les clichés potentiels par la surenchère, en y insufflant aussi d’indispensables doses d’humour noir. Le résultat est ce texte désespéré et acide sur une société malade de la consommation. Paru initialement chez Gaïa, Et un jour de plus décrit avec beaucoup de justesse notre modernité où « Tout est calme. Tout est lavable. » On en sort effrayé.

Et un jour de plus de Jonas Gardell
Traduit du suédois par Christophe Valens
10/18, 192 pages, 6,90

Barreaux du quotidien Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°54 , juin 2004.
LMDA PDF n°54
4.00 €