La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Rapport sur elle

septembre 2004 | Le Matricule des Anges n°56 | par Emmanuelle Bal

Il n’y a pas de secret

Du jour au lendemain, la mère d’une jeune fille de 14 ans, Paula, s’évapore. Celle-ci commence alors une vie de couple avec son père dans leur appartement parisien. Vingt ans plus tard, Paula, la narratrice, revient sur ce départ, reprend les faits, les interprète, cherchant à comprendre cette fuite. Cette opération de mise au jour de la part secrète de sa mère l’amènera à découvrir aussi celle de son père. Tout s’effondre alors comme dans un jeu de dominos.
Elle découvre la métamorphose d’une femme qu’elle n’avait pas perçue enfant. Ne travaillant pas, Valérie, sa mère, « douée d’abnégation », se voue entièrement à la vie domestique. Sa seule liberté est une relation adultère avec un dénommé Alain Mandrin. Mais cette part secrète ne suffit pas à la nourrir lorsque sa fille grandit et devient autonome. Elle se sent inutile et commence alors à « se diluer ». Elle se met à ressembler « à ce tableau brumeux d’une errance dans l’air, d’une supposée présence invisible, la métaphorique transformation d’un corps de chair en un élément gazeux ». Elle déclare à sa fille ne plus l’aimer. Celle-ci fait alors le vœu, dans son lit, qu’elle s’en aille, et croira d’abord à un acte magique quand sa mère prendra effectivement le large.
Sybille Grimbert, qui signe là son quatrième roman, dépeint avec finesse, quelques notes d’humour et d’ironie le portrait de deux femmes dont la vie bascule. Car la narratrice, en difficulté avec une relation amoureuse qui « stagne », cherche aussi une porte de sortie, qu’elle trouvera dans l’imaginaire. Une atmosphère un peu hypnotique et d’enfermement se diffuse la narratrice pétrit les mêmes faits et les creuse dans de longues parenthèses. Mais ce mouvement circulaire réussit à faire exister cette mère évadée, qui règne comme une présence invisible.

Il n’y a pas de secret de Sybille Grimbert
Stock, 191 pages, 16,50

Rapport sur elle Par Emmanuelle Bal
Le Matricule des Anges n°56 , septembre 2004.
LMDA papier n°56
6.50 €
LMDA PDF n°56
4.00 €