La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Miroirs mongols

septembre 2004 | Le Matricule des Anges n°56 | par Dominique Aussenac

Les voyages les plus formateurs ne sont-ils pas ceux qui déforment le plus ? Joseph Conrad et bien d’autres ont peuplé leurs récits de vertiges et de vacillements, montrant les ors et les affres générés par l’attrait de l’inconnu. Dans la même veine, Bernardo Carvalho, journaliste-écrivain, né à Rio de Janeiro en 1960 nous invite à une sorte de jeu de miroirs autour de trois récits. Le narrateur, diplomate brésilien à la retraite retrouve les cahiers d’un de ses collaborateurs, récemment assassiné. Un être rebelle, obtus, baptisé « l’Occidental », dont les écrits relatent la recherche d’un jeune photographe, perdu en Mongolie, surnommé, « l’Inadapté » par ses guides et qui n’a laissé lui-même que des carnets. Les récits se recoupent, ouvrent des pistes, révèlent une égale fascination pour les paysages désertiques, la vie nomade, l’histoire chaotique de la Mongolie. Leurs auteurs y deviennent des entités littéraires, à l’instar de celles démoniaques associées au bouddhisme et aux pratiques religieuses sexuelles qu’ils découvrent. Cette religion, très prisée des intelligentsias occidentales, y est ici décrite comme étonnamment barbare. Ce qui induit une dimension fantastique, qui peuplera cette quête de mirages, d’histoires, d’ombres gigantesques et fascinantes. Quant au narrateur, qui comme le lecteur a suivi ces récits du fond de sa chambre, il lui restera l’amère et mélancolique sensation d’être passé à côté d’humains remarquables sans avoir vraiment essayé de les comprendre de leur vivant. Un récit fantomatique et lancinant dans lequel « On ne voit que ce qu’on est prêt à voir. »

Mongolia de Bernardo Carvalho
Traduit du brésilien par Geneviève Leibrich
Métailié, 185 pages, 16

Miroirs mongols Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°56 , septembre 2004.
LMDA papier n°56
6.50 €
LMDA PDF n°56
4.00 €