La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’enfant sacré

septembre 2004 | Le Matricule des Anges n°56 | par Emmanuelle Bal

Helena ou la mer en été

Dans la ville portuaire de Girón, les étés se passent chez l’oncle Arturo et la tante Honorina. C’est la saison de l’insouciance : chasse aux papillons, confiture de griottes, excitation des couchers en chambre commune avec les cousins. Le jour de l’Assomption, ce sont les jets de pétales à la Vierge, la religion rythmant le temps, obsédante.
Helena, la belle et blonde Hélène, fait rupture dans cet enchaînement. Les jeux des enfants lui sont devenus stupides. Et le monde change avec elle pour le narrateur épris. Tourmenté, plein de remords à cause d’un épisode lui révélant sa violence et son immaturité, il va, l’hiver suivant, se confesser. Après l’enfer d’une saison de questions, ce sera un nouvel été et l’émancipation par l’amour.
Juliàn Ayesta, diplomate né en 1919 et mort en 1996, n’a écrit qu’un seul roman, considéré comme l’une des œuvres importantes de la littérature espagnole d’après-guerre. Certains y voient une attaque des valeurs franquistes, auquel il s’opposait.
Picturale et sensuelle, son écriture imite le style enfantin, s’accorde des fantaisies typographiques employant des capitales pour exprimer l’idéalisation ou supprimant les espaces entre les mots pour faire sentir une pensée stéréotypée. Poétique, elle se dilate avec des anaphores et fige le reflet d’un rayon de soleil sur un collier de perles.
Ce récit (déjà paru à La Différence en 1992) ressemble à une cosmogonie, où Helena fait figure de déesse, où se dessine le passage de l’enfance à l’adolescence, où s’amorce une réflexion scientifique à partir d’interrogations sur la religion et où exotisme et érotisme surgissent avec drôlerie dans l’esprit du narrateur se mortifiant avec des images pieuses.

Helena ou la mer en été de Juliàn Ayesta
Traduit de l’espagnol par Bernard Lesfargues
Les Allusifs, 84 pages, 12

L’enfant sacré Par Emmanuelle Bal
Le Matricule des Anges n°56 , septembre 2004.
LMDA papier n°56
6.50 €
LMDA PDF n°56
4.00 €