La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Ombres portées

janvier 2005 | Le Matricule des Anges n°59 | par Dominique Aussenac

La Femelle du requin N°23

Depuis 1995, La Femelle du requin, trimestrielle, propose une thématique aujourd’hui « Disparition » (« Parce que, sommeil, souvenirs, regrets, fuite ou mort, le départ est aussi impalpable que la résurrection ») déclinée par des œuvres de création et le portrait d’un écrivain. Antonio Tabucchi, chantre de Pessoa, est certainement un de ceux qui travaillent au plus près de ce rapport fantomatique présence-absence, réel-rêve, passé-présent. « Écrivain de l’inaccompli, il exprime la mélancolie du temps et des émotions perdus » ainsi le décrit le bel éditorial. Pas moins de dix pages d’interview lui sont consacrées, sous le titre un peu choc et réducteur « La littérature est une partouze » (phrase tirée de l’entretien). Christian Cazaubon, Sylvain Nicolino, Laurent Roux possèdent leur sujet et poussent Tabucchi, qui s’exécute avec un plaisir évident, dans ses retranchements. Il y sera question de la visitation des personnages de ses romans avant écriture, des côtés obscurs de l’amour, des interrelations qu’entretiennent lecteurs et écrivain, de la démocratie, du fascisme rampant derrière Berlusconi, du rêve, de la musique, du plaisir d’écrire… Un texte inédit de Thomas B.Reverdy, un ancien de la revue, conclut le numéro. On pourrait reprocher l’inégalité de certains textes et les résumés trop succincts des livres de Tabucchi.

La Femelle du Requin N°23, 70 pages, 7,50 (88, rue Alexandre- Dumas 75020 Paris)

Ombres portées Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°59 , janvier 2005.
LMDA papier n°59
6,00 €
LMDA PDF n°59
4,00 €