La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Vu à la télévision Dimanche soir

janvier 2005 | Le Matricule des Anges n°59 | par Christian Prigent
Félix à Star Ac’


Aux temps héroïques, la BD faisait tautologique. Exemple : Félix le chat. Image : Félix regarde un éléphant. Félix (bulle) : « Oh, je vois un éléphant ! » Texte en bas de case : « Félix voit un éléphant ». Hop, on passe télé. 19 h, Star Ac’. Sandra fait la gueule (zoom sur du larmoi). Sandra : « J’étais pas à l’aise : le texte, je l’ai pas écrit ». Phrase en bas d’écran : « Sandra n’est pas à l’aise car le texte n’a pas été écrit par elle ». Félix et Sandra : même combat. Pas rater client, même mal-entendant. Et toi, mets ta peau de débile léger. Après t’es content : ça t’a fait le trou qu’il faut au cerveau pour gober la pub.



Rappel des faits


Si tu déconfis devant ta télé chaque soir pile heure poule c’est pour le bon shoot de pensée zéro : piquouze d’FMP 1 + ligne de chromos = trip dodo et qu’elles nous la foutent, la paix, les idées. Bien sûr tu pourrais te caler le cul au creux du fauteuil et feuilleter livres tombés en flopées comme à chaque rentrée en proues de gondoles. Ça serait pareil comme effet ronron : FMP itou et chromos de même. Sauf que pas le son ni la belle nature vue d’hélicoptère comme si on y est ni, comme si t’y fus, la boue des tranchées et le gaz moutarde et tout le boucan ou le débarquement avec Rommel et ses jumelles, Bourvil en bretelles et les petits gars avec la traction, tout ça en couleurs. Pourquoi tu mettrais des pages en écran entre toi et ça si livres disent pareil en forme identique mais en moins goûteux et moins ras collé au vrai existé, sexy, rigolo, même chez Christine Angot ?



Le monde comme il va


Donc t’as écouté un primovotant altermondialiste dire qu’il répond oui mais tu sais djà plus à quelle question ni qui la posa. Et si tu pâlis au nom de Lechien, c’est que tu ris pas, car Marcel il va, l’instit’ pédophile, passer des années à ronger son os tout seul à la niche. Puis on t’informa sur des élections dans des steppes loin et les messieurs dames s’empaffent sur du chiffre et sur des places vastes des foules se les gèlent histoire de choisir entre orange et bleu qui va les mener se faire décerveler par les délices du marché. Mais la dame qui cause juste avec les mains dans un petit coin en bas de l’écran a dit sans parler que celle qui parla tout à côté en majesté, le nez lui poussait façon Pinocchio car c’était mensonge et morale est sauve chez les sourds et muets : jeu de mains c’est pas que jeu de vilain.



Le téléphage de Buridan


Après faut choisir. Un docufiction genre histoire de France pour les presque nuls ? Toc : Arte. C’est la Saint Crépin, notez sur vos calepins : Azincourt, Henri rit, Charles pas. Canassons cavalent avec des bonshommes dessus en ferraille. Shakespeare fut traduit en bien plus joli, zzzz les flèches volent et tout l’ost en chie. En incrustation sont les compétents à petites lunettes pour du supplément d’effet je-sais-tout. Mais ça commence mal par contre plongées sur des tours gothiques, rosaces bleu de Chartres plein écran céleste et bruité de cloches, puis fond grégorien gargarisé au loin et surimpression vite fait de Riches Heures sur trois figurants en jupette d’époque avec la dent sale et le mal rasé pour faire sur le vif. Zappe : l’heure tourne, pub va pas durer, tu vas t’embrouiller dans les génériques. Tiens vlà qu’on annonce sur 2, 3 ou 6, on vérifiera, comédie super avec la leçon magistrale d’espoir et de cinéma et flopées d’étoiles car furent oscars, césars, ours et lions et la Rillette d’or à Condé-sur-Sarthe. Sûr que c’est proutt-proutt la leçon morale en atours du temps et les dignités chèrement conquises malgré que la vie c’est dur oh la là et soleils se couchent là-bas sur la mer pour qu’on ait le sens de l’immensité. On aura dialogues nourris au bon lait de psychologie, va donc voir ailleurs si t’y serais pas. Ou si t’attendais, le titre allèche grave, pour Sexy dancing ? Mais si ça démange trop fort tes méninges ? Et 0 h 15, c’est pas tes horaires, lâche l’affaire : t’auras le naseau déjà dans les songes. Ou alors Thema, du doc sur des bêtes ? : paraît qu’on va voir l’éleveur Ramon recueillir en live du sperme de verrat après branchement à une machine de branlette porcine, ça s’annonce chaud. Ou, en genre social, enquête sur l’essence et prix à la pompe et fauti laisser sa caisse au garage, ça ça te mettrait du plomb dans ta vie et t’aurais peut-être dès après-demain un peu plus de sens pratique du budget, grand dadais ? Si tu continues tu vas tout rater à faire l’âne bâté qu’a des états d’âme quant au picotin. Tu fais quoi ? J’éteins. Ce soir : mots croisés.

1 = Français Médiatique Primaire, on l’a dit avant.

Dimanche soir Par Christian Prigent
Le Matricule des Anges n°59 , janvier 2005.
LMDA papier n°59
6,00 €
LMDA PDF n°59
4,00 €