La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le laboratoire Tchekhov

mai 2005 | Le Matricule des Anges n°63 | par Thierry Guinhut

Faut-il être un connaisseur de Tchekhov (1860-1904) pour apprécier ces Carnets ? Certes, des fragments narratifs et autres images trouveront leur place parmi les nombreuses nouvelles de l’écrivain russe. Nul doute que l’aficionado des Contes de toute la vie, de Trois années, sans compter le théâtre de L’Oncle Vania ou de La Mouette, se sent à l’aise ici tant d’échos permettent de multiplier un plaisir subtil. Mais à l’ignorant, il faut une certaine dose de persévérance ou de goût de l’aventure pour pénétrer ce qui paraît d’abord un immense mur fait des briques disparates de mille notations, de sujets en embryons…
Ce laboratoire où gens et choses vus, formules et idées ne trouveront leur sens actif que dans les œuvres peut rebuter. Pourtant, ce qui ne devrait avoir sens que pour l’écrivain dans le bouillonnement obscur de sa recherche, de sa création, se fait vite lumineux. Il y a de brillants aphorismes : « Ivachine savait bien philosopher sur l’amour, mais aimer non ». Ce joyeux mélancolique, comme on le qualifie souvent, est le type de l’homme instruit, cependant décontenancé par la petitesse sordide de la vie de tous les jours : « Plus on est cultivé, plus on est malheureux, maladif ». Reste l’humour, l’esprit caustique qui sait si bien fixer les mouvances du caractère humain : « Quand je me suis marié, je suis devenu une femmelette ». Atelier, autoportrait ou bribes de fictions ? Sauf un journal intime, ces Carnets sont tout cela pour se lire avec bonheur.

Thierry Guinhut

Carnets
Anton Tchekhov
Traduits du russe par Macha Zonina et Jean-Pierre Thibaudat
Christian Bourgois, 336 pages, 23

Le laboratoire Tchekhov Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°63 , mai 2005.
LMDA papier n°63
6.50 €
LMDA PDF n°63
4.00 €