La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Démonter le quotidien

juin 2005 | Le Matricule des Anges n°64 | par Laurence Cazaux

John a disparu et autres pièces courtes

Avec plus de cinquante pièces à son répertoire, Israël Horovitz est le dramaturge américain contemporain le plus joué en France. Grand amateur de textes courts, ce dernier recueil nous en fait découvrir quatre nouveaux. John a disparu et Sécurité sont de facture classique. Ce sont les pièces les plus tranchantes, en prise avec l’actualité. « Après les attaques du 11 septembre, explique Horovitz, j’ai été frappé par la facilité que nous avons, nous les vivants, à idéaliser les morts. En lisant les nécrologies des morts dans le journal, chacune des 3 000 victimes semblait avoir été une sorte de saint. J’ai commencé à réfléchir sur la tendance que nous avons à protéger nos enfants de la vérité dans les moments les plus noirs de la vie. Mais protégeons-nous réellement nos enfants en faisant cela, ou les rendons-nous plus faibles et moins à même d’affronter la vie telle qu’elle est ?… »
John est mort dans l’attentat du World Trade Center quelques jours après avoir annoncé à sa fille et à sa femme qu’il allait quitter le foyer familial. Aucune des deux ne sait qu’il a parlé à l’autre, elles ne vont pas arriver à s’avouer la vérité au sujet de John, dont le fantôme hante la maison, créant un non-dit et un mensonge insupportables.
Sécurité se passe dans un aéroport. Deux agents de sécurité commentent l’actualité, attentats, affaire d’abus sexuel, quand on leur demande de contrôler une femme iranienne et son fils. Dans ce climat de paranoïa, la bavure est inévitable.
Les deux autres pièces, Cat Lady (qui évoque de façon fantastique la mort d’une vieille dame à la recherche de son chat) et Une fille pour le gros (qui parle d’une relation amoureuse basculant entre méchanceté et tendresse), sont plus intimistes. Démonteur de réel, Horovitz crée des points de tension et pointe ainsi les mécanismes du mensonge, du racisme et tous ces plus ou moins grands dérapages quotidiens.

L. C.

John a disparu et autres pièces courtes
de Israël Horovitz
Traduit de l’anglais par Nathalie Gouillon
Éditions Théâtrales, 84 pages, 14,50

Démonter le quotidien Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°64 , juin 2005.