La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Truite voyageuse

juillet 2005 | Le Matricule des Anges n°65 | par Thierry Guichard

Fario N°1

Dans son écrin en bleu et noir, avec vignette au fronton et sommaire roboratif, le premier numéro de Fario séduit d’emblée par sa qualité esthétique. C’est beau, bien équilibré et cette nouvelle revue fait penser déjà à l’impeccable Conférence. Le vergé donne du volume à ses trois cents pages auxquelles la mise en page soigneuse apporte beaucoup de confort de lecture. « Nous avons donné à cet espace ou à ce jeu le nom d’une bête sauvage, d’une truite. C’est un animal qui se tient dans des veines d’eaux glacées, ou dans les forts courants, apte s’il le faut à leur faire face, à les remonter. » Discrétion donc, mais aussi, résolution pourraient caractériser cette Fario. Si le texte liminaire ne dit pas exactement ce que sera cette revue semestrielle : « il n’y a pas de drapeau, pas de programme », du moins sait-on ce qu’elle ne sera pas : « On croisera bien peu de complaisance pour la pente de l’époque, peu de cette faculté d’adaptation aujourd’hui si prisée, et moins encore cette sécheresse, cette vanité cynique des lettres marquées au fer de l’expérimental. »
De fait, une attention patiente est de mise : attention portée à la langue très soutenue chez Marlène Soreda, attention portée aux paysages par exemple par Gustave Roud dont les sept photographies proposées semblent l’illustration même de la revue. On entre dans Fario comme dans une sorte de dictionnaire animé, vivant, où s’agencerait toute l’épaisseur d’une langue française chérie par les auteurs qu’on y lit.
Pour donner du liant à la forme anthologique de ce numéro, un motif joue le rôle de fil rouge. C’est le voyage, qui rassemble la plupart des textes et des photos. Voyage minuscule, immobile parfois comme celui que propose le directeur de la publication Vincent Pélissier dans un texte qui tisse des extraits d’œuvres magistrales autour de ce thème. Périple étonnant, comme ce « Voyage en Allemagne » de Charles-Albert Cingria dont la prose met l’exotisme à portée de domicile. Voyage historique : celui d’Henri Calet qui, à bord du Vigo, une fois de plus, tombe amoureux. Elle s’appelle Else, elle a 17 ans et à la page 131, elle nous sourit.
Parfois flirtant avec la préciosité (mais de nos jours, il suffit de n’être pas vulgaire pour être précieux), Fario mêle les vivants et les morts, les francophones et les autres (Sadegh Hedâyat, Arséni Tarkovski), publie des textes issus de livres assez récents (Italo Svevo), passe de la prose à la poésie. On regrettera juste que l’anthologie ne s’appuie pas plus sur des notes informatives (sur les auteurs par exemple) et enfile les textes les uns après les autres. Il est vrai que beaucoup sont des perles…

Fario N°1 313 pages, 23 (26, rue Daubigny 75017 Paris)

Truite voyageuse Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°65 , juillet 2005.
LMDA PDF n°65
4.00 €