La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Obscure enfance

septembre 2005 | Le Matricule des Anges n°66 | par Lise Beninca

Sur le trajet familier qui les ramène chaque dimanche de Lubersac, Laurence et son frère ont inventé un Jeu : ils scrutent chaque parcelle du parcours pour être à même de le reconnaître au détail près. Le soir du « Grand Brouillard », la voiture se trouve enserrée dans une marée blanche qui fait vaciller leurs repères. Anxieux et fasciné, le jeune garçon observe sa sœur en train de « basculer de l’autre côté du monde », « vers la grande nuit des espaces intérieurs ». Des années plus tard, en souvenir de « ce que ça fait d’être un enfant », il cherche à retranscrire l’univers de Laurence, pour qui la réalité n’était encore qu’une esquisse, et qui comblait par l’imagination ses connaissances lacunaires. « Je me souviens du soir où elle me fit part pour la première fois de ses craintes : elle soupçonnait que tout au monde fût incertain. » Laurence pense le monde à partir de ce qu’elle en pressent : la présence sourde de la mort, le pourquoi de l’existence, et tout ce qui force à sortir de l’enfance.
Dans ce premier roman d’une écriture foisonnante, les mots d’un autre âge ? celui des contes et légendes ? prolifèrent comme les ronces autour d’un château endormi. Au risque d’oppresser le lecteur, ils s’immiscent dans des gouffres sans fond, suivant les méandres de la fantasmagorie enfantine. Dans l’espace clos de la voiture, fragile coquille au milieu du chaos, se cristallisent toutes les peurs : la claustrophobie de la mère qui la mène au seuil de la folie, l’inconnu qui s’étend au dehors, soudain hostile comme la vie qui s’avance, dans l’évanouissement des certitudes et de l’insouciance, et qui donne envie de « crier pouce ».

La Souterraine de Christophe Pradeau
Verdier, 160 pages, 12

Obscure enfance Par Lise Beninca
Le Matricule des Anges n°66 , septembre 2005.
LMDA PDF n°66
4,00