La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens L’apologue du désordre

septembre 2005 | Le Matricule des Anges n°66 | par Thierry Guichard

Dans un roman drôle, émouvant et à l’intelligence vive, Lydie Salvayre s’en prend à l’héritage de Descartes : pour défendre les valeurs de la fiction, du rêve, du brouillard. Contre les totalitarismes.

La Méthode Mila

Dix ans après La Puissance des mouches (Seuil, 1995) qui faisait de Blaise Pascal un phare romanesque, Lydie Salvayre s’attaque au contemporain de l’auteur des Pensées : Descartes. Dans La Puissance des mouches, le gardien du musée Pascal se confessait depuis la prison où il se trouvait. Parricide, l’homme avait été profondément ébloui par la pensée et la langue de Blaise Pascal. Si La Méthode Mila sonne comme un réquisitoire à l’encontre de Descartes, c’est que le philosophe de la raison que le narrateur a beaucoup lu, n’a pas su l’arracher à la douleur et à la colère d’avoir à s’occuper d’une mère impotente. Face aux jérémiades incessantes de sa génitrice, aux désagréments qu’il y a à s’occuper d’elle le narrateur essaie d’abord de raison garder. Mais il perd rapidement patience et se livre alors à toute la cruauté du désespoir contre la vieille dame : « On dirait que la seule volonté qui anime ma mère est de me tenir constamment mobilisé à son service. » Jusqu’au jour où il rencontre Mila, une voyante plus extra que lucide, dont il va tomber amoureux, d’autant plus qu’elle saura l’arracher aux lourdeurs matérielles de l’existence en lui parlant des visions qu’elle a de son plus lointain ancêtre. D’autant plus, également, que Perline, la fille de Mila, s’occupera de la vieille mère qui va comme en ressusciter. Notre homme vit dans une petite ville, dont la chronique s’enflamme de l’arrivée prochaine de romanichels, suscitant les vieux réflexes xénophobes d’une bonne partie de la population auxquels avec Mila, il s’opposera.
Pour son treizième livre, Lydie Salvayre aborde donc un sujet douloureux : « la nuit pour les vieillards est terriblement dangereuse (…). La nuit tombe sur eux comme la dalle sur la fosse ». Sa fantaisie et son humour salvateurs donnent cependant à la lecture du livre une joie d’autant plus forte que ce qui est dit de notre monde est d’une fine intelligence. Surtout, la romancière réussit à nouveau le cocktail détonant d’une langue nourrie aux plus grands prosateurs français que rehaussent par contraste des expressions d’une brutale familiarité. C’est proprement jubilatoire. Au final, la romancière fait l’apologie d’un désordre créatif et écrase la vision de l’homme-machine à laquelle notre époque s’est donnée : « Voilà ce que n’a pas compris, dans son extrémisme, ce con de Descartes, poursuivis-je. Ce con n’a pas compris qu’il y avait une pensée profonde, je veux dire une pensée refoulée aux abîmes, de mèche avec les rêves et tout ce qui est obscur ». Dans sa longue lettre qu’il adresse à Descartes, le narrateur pointe les manques de la méthode du philosophe : « Vous invitez à la méthode. À l’ordre mort. Or la pensée ne crée rien, Monsieur, si à la discipline, si à la rigueur, si à l’ordre elle n’allie le désordre, je ne dis pas la débandade, je ne dis pas la panique, ni la tête à l’envers, je dis le désordre, Monsieur, je veux dire le mouvement, je veux dire la vadrouille, ou l’errance hasardeuse. Ou la foudre. »...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°66
4,00