La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Post mortem

septembre 2006 | Le Matricule des Anges n°76 | par Didier Garcia

Après deux essais consacrés à la littérature (l’un sur le roman, l’autre évoquant une expérience vécue dans un IUFM), Jean-Claude Montel revient à la veine narrative, avec laquelle il s’était illustré dans les années 1970 (notamment par Melencolia).
Impossible de réduire Ève à une formule. Ses premières pages évoquent Freid (avatar de Freud ?) qui changeait chaque jour de vêtements afin de ne pas se ressembler, qui était capable de suivre pendant des heures la progression d’un chantier et savait « comment maintenir l’équilibre entre le mouvement et l’immobilité ». Depuis sa mort, pour le narrateur tout a changé : « ce qu’il reste encore de visible est infime ». Les déplacements qu’il effectue chaque jour dans une ville qu’aucun détail ne permet d’identifier l’emmènent bien sûr à la supérette du coin, mais les trajets lui sont surtout l’occasion de consigner tout ce qui a disparu, mais sans émotion, sans pathos, comme si tout s’était joué il y a déjà fort longtemps. Tout au plus parvient-on à le sentir désabusé.
Pour survivre, il s’efforce de maintenir Freid en vie, quand il ne passe quelque temps avec l’une des trois femmes qui gravitent autour de lui et auxquelles il se connecte grâce à une tuyauterie complexe. Des créatures un rien étranges : Agathe « s’endort avec les boules et un masque jusqu’au lendemain soir » ; quant à Ève, qui vit dans une bulle translucide entourée de tubes fluorescents, elle a des lampes bleu et rouge qui clignotent à la pointe des seins.
Ce récit ne se laisse guère empoigner par son intrigue : on glisse d’une situation à telle autre au fil de pages essentiellement soutenues par une langue qui se bonifie phrase après phrase. Une langue qui charrie une lourdeur jamais dite mais perceptible sous chaque mot : celle de devoir être encore là.

Ève de Jean-Claude Montel, Comp’Act, 80 pages, 12

Post mortem Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°76 , septembre 2006.
LMDA papier n°76
6,00 €
LMDA PDF n°76
4,00 €