La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Des hommes en marche

novembre 2006 | Le Matricule des Anges n°78 | par Dominique Aussenac

Fario N°3

À l’instar de son animal fétiche, fréquentant les eaux vives, la revue Fario associe une extrême mobilité à l’acte de lire ou d’écrire. Le premier numéro de ce semestriel conviait au voyage. Celui-ci nous enjoint à marcher avec une quinzaine d’écrivains. « S’il existe une communauté entre la marche et la littérature, c’est assurément la modestie des moyens », assure l’éditorial. La marche et la lecture sont des actes, générant des rythmes et des paysages singuliers. Pessoa n’affirmait-il pas qu’un état d’âme est un paysage ? Lors de ce périple, nous emboîterons les pas du poète James Sacré qui avec « On a marché, on se demande. On marche encore » nous entraîne vers les sentiers de traverse de sa propre enfance paysanne. Il y est question du premier sac d’école volé, puis retrouvé, de mémoire fugace. « Un mot comme un orient : l’enfance/ Et l’en allée vers un leurre : marcher. » Mais les escapades ne s’avèrent pas toujours aussi lumineuses. Marcel Cohen évoque au travers des récits d’un ouvrier juif polonais et les témoignages du commandant d’Auschwitz Rudolf Hoess qu’il juxtapose, l’errance des survivants de camps de concentration avant leur libération, « des milliers d’êtres faméliques, que les S.S n’ont plus le temps de tuer sur place, avancent au milieu des réfugiés civils, des soldats de la Wehrmacht qui se replient, et parfois de prisonniers alliés que personne ne prend plus la peine de surveiller. » Marlène Soreda marche, elle, pour trouver l’endroit où son oncle originaire d’Afrique du Nord est mort en libérant la France. « Lui, il s’arrête là avec bien d’autres, ces milliers de garçons tous tombés des ventres Moussa, Djillali, René… » Dans une deuxième partie, Fario donne à lire des textes et journaux intimes inédits de René Guy Cadou, Charles Albert Cingria, Jacques Réda. De très belles photographies de Michal Rovner, en noir et blanc, parviennent à résumer les impressions liées aux textes sur la marche, évoquant à la fois des files d’errants et la magie d’un cortège du Grand Meaulnes.

Fario N°3, 323 pages, 23
(26, rue Daubigny 75017 Paris)

Des hommes en marche Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°78 , novembre 2006.
LMDA papier n°78
6.50 €
LMDA PDF n°78
4.00 €