La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire La vie vide

novembre 2006 | Le Matricule des Anges n°78 | par Thierry Cecille

Le Pressentiment

Chacun de nous a en mémoire au moins un des personnages incarnés par Jean-Pierre Darroussin dans les films de Guediguian ou du duo Jaoui/Bacri : individus esseulés, presque transparents, à l’humanité terne, à la bonté empêchée. Le choix, pour son premier film, d’adapter un roman de Bove nous semble alors logique : a posteriori il éclaire notre lecture de ces chefs-d’œuvre modestes que sont pour nous, depuis longtemps, Mes amis ou Henri Duchemin et ses ombres. Le Pressentiment, écrit en 1935, est une des dernières œuvres de Bove : il mourra en 1945 après s’être tu durant toutes les années de l’Occupation. Charles Benesteau, le protagoniste, fut naguère on aura quelque difficulté à le croire tant son absence d’aura et d’assurance semble grever chacun de ces actes un avocat parisien estimé, pourvu d’une famille de notables et d’une épouse comme il faut. Il décide, brusquement, de mettre fin à cette vie-là et d’aller voir ailleurs, un tout petit peu plus loin, rien qu’un pas de côté, si quelque chose d’autre est possible. Ce désir est modeste mais en même temps inconcevable ! et très vite, autour de lui, s’agiteront les autres, hypocrites, suspicieux ou flagorneurs, lui rendant, à nouveau, la vie impossible. Peu d’événements, guère d’analyse, aucune piste poétique ou métaphysique : Bove s’en tient à une sorte de pointillisme romanesque, à un naturalisme discret qui laisse être et se perdre le personnage, avec, ainsi que le précise justement Darroussin, « cette science du dosage parfait, qui permet de trouver le juste équilibre entre le « vrai » réel, celui de tout le monde, et l’autre réel, celui qui n’appartient qu’à soi, celui qu’on éprouve au plus profond de sa propre histoire. » Il peut nous arriver, comme ici à ce pauvre mais digne Benesteau, de penser que nos vies nous sont volées, que l’on nous emprisonne mais « Avait-il le droit de se révolter contre la méchanceté humaine ? Il n’était pas certain d’être meilleur que les autres… »

Le Pressentiment d’Emmanuel Bove
Le Castor astral, 158 pages, 13

La vie vide Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°78 , novembre 2006.
LMDA papier n°78
6.50 €
LMDA PDF n°78
4.00 €