La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les douleurs silencieuses

avril 2007 | Le Matricule des Anges n°82 | par Françoise Monfort

Une vie de chien

La prison, c’est un peu comme ce que les astronomes appellent le « trou noir » : un lieu où il n’y a plus ni espace ni temps « . Bui Ngoc Tan connut sa part de néant entre 68 et 73, cinq années qui l’éloigneront de l’écriture pour longtemps et du français à son corps défendant pour toujours. Né en 1934, jeune militant communiste puis journaliste il eut à souffrir de la guerre et de la faim, des B52, des désillusions et des procès instruits en langue de bois. Comme ses compatriotes et ses héros proches par leur simplicité et leur capacité à transcender un sort misérable. Un gardien partage les mêmes rêveries que ses prisonniers au beau milieu de la jungle. Une prostituée que seuls les mendiants ont envie de courtiser économise pour offrir un linceul à sa mère grabataire. Pour décrire la cruauté d’un » caïd de la taule « occupé à faire surveiller quatre fourmis par ses pensionnaires, Bui conserve encore sa sollicitude et une distance teintée de délicatesse, sans amertume ni cynisme. L’âge de la sérénité atteint il n’oublie cependant rien des moments sombres et lorsqu’il traduit l’angoisse d’un homme emprisonné avec un style haletant, des phrases courtes, on croit entendre son cœur résonner contre les parois métalliques de son cachot mobile. » Une vie de chien « met en scène Kiki et son maître Trung, ponte de la Sécurité placardisé. Un lien de plus en plus fort se noue entre l’ancien résistant abandonné de tous et le chien qui le veille dans sa lente descente aux enfers : » Comme un milliardaire ruiné qui reste assis devant ses coffres vides, lui, passait des heures à regarder ses cicatrices ". La douleur puis la mort de l’animal sont relatées avec une justesse et une vigueur d’émotion prouvant le talent d’un auteur qui sait restituer leur grandeur aux petites vies brisées par l’Histoire.

Une vie de chien de Bui Ngoc Tan
Traduit du vietnamien par Dan Tran Phuong, Nguyen Ngoc Giao, Vu Van Luan et Janine Gillon, Éditions de l’Aube, 174 pages, 16,20

Les douleurs silencieuses Par Françoise Monfort
Le Matricule des Anges n°82 , avril 2007.
LMDA papier n°82
6,00 €
LMDA PDF n°82
4,00 €